Gardiens des cités perdues 1 – S. Messenger

Gardiens_des_cites_perdues

Auteur : Shannon Messenger

Edition : Lumen

Genre : Fantasy Jeunesse

Langue originale : Anglais

Date de parution : 2014

Nombre de pages : 510

ISBN : 978-2-37102-004-7

Tome 2 : Exil

Résumé

« Depuis des années, Sophie sait qu’elle n’est pas comme tout le monde. Elle se sent à part à l’école, où elle n’a pas besoin d’écouter les cours pour comprendre. La raison? Elle est dotée d’une mémoire photographique… Mais ce n’est pas tout : ce qu’elle n’a jamais révélé à personne, c’est qu’elle entend penser les autres comme s’ils lui parlaient à voix haute. Un casque vissé sur la tête pour empêcher ce bruit de fond permanent de la rendre folle, elle se promène un matin avec sa classe au musée d’Histoire naturelle quand un étrange garçon l’aborde. Dès cet instant, la vie qu’elle connaissait est terminée : elle n’est pas humaine et doit abandonner son existence entière pour rejoindre un autre univers, qu’elle a quitté douze ans plus tôt. L’y attendent une pléiade de nouveaux condisciples, amis et ennemis, et une question obsédante : qui est-elle? Pourquoi l’a-t-on cachée dans le monde des humains?Pourquoi n’a-t-elle que des souvenirs partiels de son passé? »

L’avis de la Papote

Gardiens de cités perdues est généralement présentée comme LA nouvelle saga jeunesse du moment. Dans les critiques, on la compare même très souvent à Harry Potter. Ce qui, selon moi, n’est pas forcément une bonne chose… Certes, ce doit être un très beau compliment pour Shannon Messenger, mais quel coup de pression ! En tout cas, moi, potterhead jusqu’au bout du chapeau, j’ai voulu en avoir le coeur net une bonne fois pour toutes. Je me suis donc procuré ce premier tome et aussitôt acheté, aussitôt lu!

Sophie, jeune fille a priori comme les autres mais aux particularités étonnantes, voit sa vie changer du tout au tout lorsque Fitz, un garçon un peu étrange, lui annonce qu’elle ne fait pas partie de ce monde. Sa capacité à entendre les pensées des autres, son incroyable don pour la mémorisation, rien n’est dû au hasard. Elle est une elfe, et elle doit absolument tout quitter pour commencer sa scolarité à Foxfire.

Le cerveau de Sophie captait des bribes de pensées éparpillées, déconnectées les unes des autres, un peu comme dans une pièce remplie de télévisions qui beugleraient toutes en même temps des programmes différents. Lorsqu’il tranchait dans le vif de sa conscience, chacun de ces fragments éveillait une douleur aiguë. Un monstre, voilà ce qu’elle était. (p.12)

Est-ce que la lecture de ce premier tome m’a ramené dans mes souvenirs d’enfance, lorsque l’univers de J.K. Rowling m’avait subjugué? Non. Est-ce qu’il vaut les louanges et les comparaisons avec l’oeuvre magistrale du jeune sorcier? Encore non. Cela dit, je peux voir où les lecteurs font le rapprochement. Une jeune fille qui quitte sa famille pour entrer dans une école sur mesure pour les elfes, le parallèle est assez flagrant, on est bien d’accord. Mais pour moi, les ressemblances s’arrêtent là.

L’univers, bien que très intéressant, me paraît sous exploité. Je n’ai pas eu la sensation, en lisant ce premier opus, que Shannon Messenger connaissait son univers sur le bout des doigts. Pourquoi? Parce qu’en le refermant, deux jours plus tard, j’aurais bien été incapable de vous faire une description de l’école, de son organisation, de l’endroit où vit Sophie ou encore des autres lieux décrits dans l’histoire. Je n’ai pas pu ancrer visuellement l’espace dans mon esprit. Et ça, ça devient compliqué à gérer quand la saga fait sept tomes… J’étais dans le flou, tout simplement. La  plume est très simple et très abordable pour un jeune public, rien à signaler de ce côté-là!

Le très grand point fort de ce roman est sans aucun doute la richesse et la diversité des personnages. Sophie est attachante, Fitz est très intéressant, Keefe reste le plus mystérieux pour moi, je sens que sous la couche d’humour se cache un secret bien gardé. Flair de lectrice. Dex m’a beaucoup fait rire ! Certains personnages restent ternes et plats, un peu comme Biana la soeur de Fitz, mais peut-être qu’ils vivront une chouette évolution tout au long de cette série.

Si je m’abstiens de comparer ce début de saga à celui de Harry Potter, je dois avouer malgré tout que c’est une série qui a du potentiel. J’ai passé un très bon moment de lecture, mais à l’avenir, j’éviterai d’avoir en arrière-pensée les avis d’autres lecteurs. C’est une saga à part entière, qu’il faut entreprendre sans a priori pour en tirer le meilleur. Le tome 2 est déjà dans ma PAL, mais s’il ne parvient pas à me séduire davantage, j’ai bien peur de ne pas avoir l’envie de poursuivre cette saga jusqu’à son terme.

Gardiens des cités perdues n’a pas vraiment su toucher la corde sensible. L’univers reste sous-exploité, trop vague et trop flou pour me donner l’envie d’aller plus loin. Les comparaisons avec l’univers de Harry Potter sont trop hâtives et superficielles à mon goût. Néanmoins, les personnages rehaussent un peu le niveau. Je lirai la suite, en espérant qu’une belle évolution me surprenne !

Notation : ♥♥♥♥♥

Publicités

Un commentaire sur “Gardiens des cités perdues 1 – S. Messenger

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s