Tout se joue avant le petit déj’ – Jeff Sanders

tout se joue...

Auteur : Jeff Sanders

Edition : Marabout

Genre : Développement personnel

Langue originale : Anglais

Date de parution : 2016

Nombre de pages : 265

ISBN : 978-2-501-11499-8

 

Résumé

«Levez-vous tôt et pilotez votre journée avant le petit-déjeuner! Vous avez entre les mains LE guide qui vous permettra de vous concentrer sur ce qui compte le plus pour vous. Jeff Sanders vous propose, en 7 étapes, d’adopter un style de vie sain et équilibré et d’atteindre vos objectifs grâce à une multitude de conseils et de stratégies ayant fait leurs preuves. Vous comprendrez comment et pourquoi : fixer une limite à votre journée de travail, rédiger aujourd’hui le programme de demain, booster votre énergie pour la journée, répartir vos objectifs annuels en périodes de 3 mois, mettre en oeuvre vos projets. »

L’avis de la Papote

Il m’arrive assez souvent de lire des ouvrages de développement personnel. Bien consciente qu’on peut apprendre mille et une choses grâce à la fiction, j’aime parfois me plonger dans un ouvrage consacré uniquement à un sujet particulier, l’approfondir, prendre des notes, appliquer au quotidien les bénéfices que j’ai pu retirer de ma lecture. Certains de ces livres font partie de mes indispensables, et je les relis très souvent (je pense notamment à « L’art de la simplicité » de Dominique Loreau, pas encore chroniqué sur ce blog – tiens?).

« Tout se joue avant le petit déj' » traite de cette fameuse Miracle Morning dont tout le monde parle en ce moment. J’ai toujours aimé cette idée de se lever plus tôt pour avoir du temps pour soi. Je suis de ceux qui aiment être debout alors que la maison est encore silencieuse et endormie, quand le calme et la sérénité emplissent l’air ambiant, et que le monde est encore plongé dans un profond sommeil. Une véritable bénédiction pour bien commencer sa journée. J’étais donc très curieuse de lire davantage à ce sujet, de voir si je pouvais retirer quelque chose de cette Miracle Morning que je ne mettais pas encore en place. Parce que, mine de rien, ce n’est pas toujours évident à appliquer… J’ai jeté mon dévolu sur ce livre en particulier parce qu’il me paraissait plus terre à terre que le « Miracle Morning » de Hal Elrod. Et puis j’en avais marre de le voir partout celui-là… J’ai préféré donner sa chance à Jeff Sanders!

Pour commencer, un premier mot sur  la structure même du livre. L’auteur nous apporte d’abord une partie plus théorique en nous détaillant clairement en quoi consiste cette routine matinale, ses bienfaits, comment il en est arrivé à la mettre en place dans sa vie personnelle. Puis, il s’attarde sur la feuille de route, un véritable guide hyper complet sur toutes les étapes à mettre en place afin de devenir un lève-tôt efficace, frais et dispo. Enfin, il donne un plan d’action en 30 jours pour nous aider à appliquer toutes les étapes de la feuille de route. Chaque chapitre se clôture par un résumé très succinct reprenant les idées principales, et d’un plan d’action à mettre en oeuvre. Des espaces libres sont prévus afin que le lecteur puisse mettre par écrit son plan d’action personnalisé. En bref, on peut dire que l’ouvrage est très bien construit et très complet, pas de doute là-dessus.

Afin de vous donner un aperçu du contenu de ce bouquin, voici les 10 premiers bienfaits d’un réveil matinal selon Jeff Sanders :

Plus de temps pour organiser sa journée et être efficace. Se lever ne serait-ce que 15 minutes plus tôt pour préparer sa journée promet une plus grande productivité.

L’heure idéale pour un moment de calme. Le temps où vous serez le seul levé dans la maison est probablement le seul que vous aurez de toute la journée : en profiter pour rassembler ses pensées et ralentir le rythme.

Un sommeil de meilleure qualité et  plus régulier. Se lever tôt nécessite de se coucher tôt, donc d’arrêter plus tôt sa journée, donc d’être plus efficace avant ce temps d’arrêt.

Un regain d’énergie et d’optimisme. En mettant en place une routine matinale qui vous plaît, vous cesserez de vous réveiller en mode « JE VEUX MON LIIIIIIIT ». Vous serez frais, prêt et dispo pour attaquer la journée.

Une meilleure concentration. Le matin, pas de bruit, pas d’interruption, pas de distraction.

Un cerveau en meilleure forme : des idées plus claires et plus créatives. Il est plus difficile de réaliser des choses vraiment importantes en fin de journée.

Plus beau et plus en forme. Vous pouvez profiter de ce moment précieux du matin pour faire du sport !

Une hausse constante de la productivité quotidienne. Réfléchissez aux jours où vous  faites la grasse matinée. Généralement, la productivité va de paire avec un réveil matinal. Les jours où vous vous levez tard, votre journée n’est pas aussi bien gérée.

De meilleures chances d’atteindre vos grands objectifs. Avec ce temps libéré qui n’existait pas avant, vous pouvez littéralement faire tout ce que vous  voulez. Absolument tout. Courir un marathon, écrire un livre, monter une entreprise. Tout.

10° Bienvenue dans le club très fermé des grands de ce monde. Le PDG de Starbucks, la rédactrice en chef de Vogue, le PDG d’Apple, Benjamin Franklin, Barack Obama. Ce sont tous des lève-tôt !

J’ai vraiment beaucoup apprécié cette lecture, même si je ne peux évidemment pas appliquer à la lettre cette méthode. Là où le bas blesse pour moi, c’est qu’en semaine, je me lève déjà à 5h30 pour avoir le temps de me préparer, de déjeuner, de m’occuper de bébé papote au réveil avant de partir la conduire chez la nounou et de me rendre au travail. J’ai testé pendant une semaine le lever à 5h, et le temps de me réveiller, de descendre me faire un café, il ne me reste déjà plus que 20 minutes pour faire quelque chose. Un peu court pour écrire un roman…  Le temps d’allumer l’ordi, d’ouvrir le document Word, c’est fichu, plus que 10 minutes au compteur. Et là, bébé décide de se réveiller plus tôt. Tout ça pour rien!

Bref, vous l’aurez compris, je n’ai pas mis mon réveil plus tôt que d’habitude après avoir lu ce livre. Par contre, j’ai compris l’intérêt de l’organisation, de la planification des journées, de la mise en place de grands objectifs et de sous-objectifs. En planifiant correctement mes journées, je libère du temps non pas le matin au réveil, mais tout au long du jour! Et en deux semaines de temps, j’ai réaliser toutes les étapes nécessaires à l’ouverture de ma chaîne Youtube, alors que j’étais persuadée de ne pas avoir le temps pour réaliser ce projet qui me trottait dans la tête depuis des mois. Optimiser son temps, c’est vraiment la leçon que j’ai retenue de cette lecture. On est d’accord qu’il ne sert à rien de mettre son réveil à 5h si c’est pour traîner jusque 7h sur les réseaux sociaux. On est d’accord aussi sur le fait que l’on gaspille du temps à tort et à travers, pour un oui ou pour un non, alors que chacune de ces minutes jetées à la poubelle pourrait servir à réaliser un objectif, un rêve, une envie !

Je vous conseille vivement cette lecture si vous vous sentez débordé, si vous pensez que vous n’avez le temps de rien, si vous désirez vous octroyer du temps pour vous. Jeff Sanders m’a ouvert les yeux sur l’importance de rêver, et sur la possibilité de tout mettre en oeuvre pour réaliser les plus grands objectifs de notre vie. Même si je ne me lève toujours pas à 5h du matin !

Notation : ♥♥♥♥

Book haul #7

On se retrouve ce dimanche avec un nouvel article Book haul, le dernier sous ce format particulier. En effet, jusqu’à présent, je vous présentais certains achats (pas tous, je suis démasquée ^^) en fonction de ce que j’avais envie de vous présenter, tout simplement parce que j’achète beaucoup trop de livres et que les articles Book haul seraient bien trop longs. A partir du mois prochain, je vous présenterai mes achats mensuellement, en lien avec la vidéo associée qui paraîtra sur la chaîne en chaque début de mois. Il y aura donc beaucoup plus de livres que d’habitude (oui, oui, j’achète beaucoup, beaucoup, beaucoup de livres) mais les articles seront généralement moins détaillés. Il vous suffira simplement de cliquer sur le lien de la vidéo pour en savoir davantage. Trève de bavardage, commençons de suite la présentation des achats !

DSC_0319[1]
Photo : La papote livresque

Le premier livre dont je voudrais vous parler est « Marie Stuart » de Stefan Zweig, paru ici dans les éditions Grasset (2004). Je n’ai jamais lu de Stefan Zweig, ce sera une première avec cette biographie de l’une des femmes de l’Histoire que j’ai le plus envie de découvrir. Une femme forte, au destin tragique et à la vie complètement rocambolesque. J’ai trouvé ce livre chez un bouquiniste pour une bouchée de pain et je suis très impatiente de faire connaissance avec la plume de Stefan Zweig !

DSC_0322[1]
Photo : La papote livresque

Ensuite, j’ai reçu pour mon anniversaire la suite de la saga événement, « Miss Peregrine et les enfants particuliers : Hollow City » écrit par Ransom Riggs et paru aux éditions Bayard Jeunesse (2014). J’avais apprécié le premier tome sans que ce ne soit transcendant, mais avouons-le, rien que pour la beauté de l’objet livre, il vaut la peine d’être sur les planches de ma bibliothèque. Encore une fois, ce deuxième tome est d’une beauté à couper le souffle. Beaucoup de lecteurs ont davantage apprécié le second opus en comparaison au premier titre, ce qui me conforte dans l’idée de poursuivre cette saga fantastique on ne peut plus originale !

DSC_0323[1]
Photo : La papote livresque

Lors d’un énième détour en librairie, j’ai eu envie d’acquérir un ouvrage dont j’ai entendu parler grâce au Feminibooks sur Youtube (playlist ici). Plusieurs booktubeurs s’étaient réunis tout au long du mois de mars pour nous faire découvrir le féminisme à travers leurs lectures. Ninon de la chaîne Opalyne avait parlé de « Une chambre à soi » de Virginia Woolf que j’ai acheté aux éditions 10/18 (2015). Il s’agit d’un essai sur la place de la femme dans la société de la fin du XIXème – début du XXème siècle, de la dépendance spirituelle et économique des femmes envers  les hommes. Un ouvrage indispensable quand on lutte pour l’égalité entre les sexes.

Au détour d’un rayonnage poussiéreux d’un bouquiniste, je suis tombée sur cet ouvrage d’Arto Paasilinna, « La douce empoisonneuse » paru aux éditions Folio (2003). Ce livre m’a rappelé la vidéo de Margaud liseuse (ici) à propos de cet auteur finlandais qu’elle affectionne particulièrement. Au vu de son prix plus que dérisoire (1€!), je n’ai pas hésité une seule seconde. C’est bien connu, mes goûts littéraires sont tellement proches de ceux de Margaud que je ne peux que lui faire confiance sur ce coup-là ! L’univers de l’auteur semble plutôt loufoque d’après ce que je peux lire à son sujet, une lecture détente parfaite pour cet été !

J’ai également jeté mon dévolu sur un livre dont TOUT LE MONDE parle depuis des mois sur la blogo et Booktube : « Le livre de perle » de Timothée de Fombelle, édité chez Gallimard dans leur collection Pôle fiction (2017). Je ne sais pas du tout de quoi parle ce livre et je compte bien en rester là avant d’en entamer la lecture. L’unique chose dont je suis certaine, c’est de la qualité de la plume de l’auteur. Je ne connais personne à ce jour qui ne soit pas tombé sous le charme de cette écriture poétique. A lire très bientôt !

DSC_0320[1]
Photo : La papote livresque

Autre livre de littérature jeunesse, il a fallu que je craque pour « Matilda » de Roald Dahl aux éditions Folio Junior (2007). J’ai toujours, toujours, toujours au moins un livre de cet auteur dans ma PAL, je me les réserve souvent pour la période automne-hiver, quand les jours s’assombrissent et qu’un retour en enfance s’impose! Matilda est l’un des grands classiques de Roald Dahl, je connais l’adaptation en film sur le bout des doigts et j’ai hâte de comparer l’oeuvre littéraire à l’oeuvre cinématographique.

DSC_0321[1]
Photo : La papote livresque

Ai-je besoin de rappeler cette quête sans fin que je mène depuis des mois, à la recherche des anciennes éditions de Harry Potter? Non, je ne pense pas. Cette fois-ci, j’ai dégoté « Harry Potter and the sorcerer’s stone » de notre chère J.K. Rowling et paru aux éditions Scholastic (1999), première édition américaine donc. Un objet livre si beau, si magique que je ne cesse de le prendre entre les mains et de tourner ses pages! Je l’ai trouvé sur Book Depository à un prix un peu trop élevé à mon goût (25€ environ) mais que voulez-vous, quand on aime on ne compte pas!

DSC_0318[1]
Photo : La papote livresque

Et vous? Quels sont vos derniers achats livresques?

La papoteuse #4 J’ai testé le livre audio

livre audio
Photo libre de droits : Pixabay

S’il y a bien une chose que je ne pensais jamais tester dans ma vie de lectrice, c’est bien le livre audio. En plein dans le cliché du débat « Oui, mais on ne tourne pas les pages, donc ce n’est pas vraiment de la lecture », je ne m’étais jamais intéressée à ce format. JAMAIS. Jusqu’à ce qu’une gentille collègue, lectrice invétérée elle aussi, me propose l’un des siens en prêt. La grande aventurière que je suis a donc décidé de sortir un peu de ses carcans de lectrice stéréotypée et s’est enfin lancée dans l’écoute du livre «Le tailleur de pierre» de Camilla Läckberg chez Audiolib (vous pouvez retrouver la chronique en cliquant ici).

Autant vous dire tout de suite que l’expérience fut une totale réussite. Quel bonheur de se faire conter une histoire ! Quand j’ai débuté l’écoute du livre, j’ai immédiatement ressenti cette régression enfantine, cette sensation de plénitude lorsque, petite, j’étais pendue aux lèvres de mon institutrice ou de ma maman.

Pour ma part, j’ai écouté l’intégralité du livre dans ma voiture, sur les trajets du boulot. Et non, en rien l’écoute de cette histoire (pourtant haletante et complètement addictive) ne m’a déconcentrée, pas plus que d’écouter de la musique ou les infos à la radio. C’est justement ce que j’ai apprécié chaque matin et chaque fin d’après-midi en rentrant dans mon auto : je retrouvais les personnages et l’intrigue là où je les avais laissés, comme si je reprenais la lecture d’un livre papier. Je connais d’autres personnes qui écoutent des livres en repassant leur linge, ou encore en allant faire leur jogging. Pourquoi pas ? L’avantage, c’est d’optimiser son temps en découvrant des histoires d’une autre manière, tout aussi plaisante que la lecture elle-même. Je me suis surprise plus d’une fois à rester 10 minutes supplémentaires dans ma voiture, juste parce que je ne pouvais pas arrêter l’histoire au moment fatidique. Addictif je vous dis !

Bon, évidemment, il y a des inconvénients. Comme toute chose, rien n’est tout noir ou tout blanc. Le premier selon moi, c’est qu’il n’est pas possible de sauter certains passages comme on le ferait avec un livre papier. Personnellement, je ne le fais jamais, je lis toujours toutes les descriptions et je ne passe pas de pages sous prétexte que l’histoire tourne un peu au ralenti, j’aurais trop peur de louper quelque chose d’important entre les lignes. Mais je conçois tout à fait que certains lecteurs puissent le faire. S’il y a des longueurs dans le roman que vous écoutez, tant pis pour vous, faudra faire avec. Vous pouvez avancer manuellement la plage d’écoute, mais c’est vraiment du chipotage. Idem si vous ressentez le besoin de revenir en arrière pour une raison ou une autre.

Autre désavantage majeur du livre audio : le prix. Comptez entre 20€ et 30€ en moyenne pour un boîtier comprenant un ou plusieurs CD en fonction de la durée d’écoute. C’est franchement pas donné, même si, évidemment, tout semble justifié quand on s’y intéresse de plus près : vous payez d’abord l’histoire écrite par l’auteur et tout le gigantesque travail de lecture et de création du support CD. Notez tout de même que les premiers prix, chez Audiolib, tournent aux alentours de 5€. De plus, certaines bibliothèques en proposent en prêt, et ça, c’est plutôt cool !

Il ne faut pas non plus négliger la voix du lecteur. J’ai eu la chance d’accrocher à 100000% avec la lecture fantastique de Christine Pâris pour « Le tailleur de pierre ». Bien souvent, ça passe ou ça casse ! Je suis en ce moment en train d’écouter « Quand souffle le vent du Nord » de Daniel Glattauer, un roman épistolaire d’échanges de mails avec une lecture en duo, un homme pour le personnage masculin et une femme pour le personnage féminin. La dynamique est clairement différente, et j’aime beaucoup cette richesse et cette diversité !

Si vous êtes désireux de vous lancer dans l’aventure du livre audio (et je ne peux que vous recommander de le faire!), n’hésitez pas à vous balader sur le site d’Audiolib, une véritable mine d’or pleine d’informations intéressantes. Vous pouvez notamment y voir les coulisses de la création d’un livre audio, écouter des extraits de livres qui vous tentent et trouver la réponse aux mille questions que pourrait avoir un lecteur papier comme vous et moi.

Et vous, adeptes de la lecture audio ? Pas encore ? N’attendez plus !

La papote livresque … sur Youtube !

Tadaaaaaaaa ! Eh oui, vous lisez bien, vous pouvez désormais retrouver La papote livresque sur Youtube, ou plus précisément, dans la communauté Booktube. Je me suis enfin décidée, après de longs mois hésitants et de nombreuses réflexions, à me lancer dans l’aventure vidéo. Booktube, pour ceux qui ne connaîtraient pas encore ce terme spécifique de la plateforme bien connue, rassemble une communauté de Youtubeurs passionnés de lecture. Une mine d’or pour les livres addicts qui sont en recherche de partage autour de cette passion commune!

Pourquoi me lancer sur Booktube si je tiens déjà un blog? C’est simple, je l’ai déjà mentionné ci-dessus : augmenter les opportunités de partage. Si beaucoup de personnes passent leur temps libre à flâner sur les blogs et aiment ce moyen de communication (c’est bien évidemment mon cas), d’autres préfèrent le canal vidéo pour échanger avec les autres, ce que je conçois tout à fait. La vidéo permet une proximité qu’un blog ne peut proposer. Pour moi, le format vidéo est un excellent complément au format écrit d’un blog. Et puis, tous ceux qui me connaissent depuis longtemps savent que, même si j’aime beaucoup mon métier, mon rêve ultime intersidéral de tous les temps serait d’ouvrir ma propre librairie. Je ne me fais pas d’illusions, ce n’est pas un projet réalisable pour l’instant, alors La papote livresque, que ce soit le blog ou la chaîne, c’est un peu comme ma petite librairie virtuelle

Vous l’aurez donc compris, il n’est pas question pour moi d’arrêter le blog, loin de là! Je compte bien continuer à vous fournir mes chroniques écrites régulièrement, à papoter avec vous de sujets et d’autres. Le petit plus, c’est qu’à partir de ce jour, vous pourrez également réagir et papoter sous les vidéos!

N’hésitez pas à me rendre visite sur la chaîne, en cliquant sur la photo de présentation ci-dessous !

A très bientôt pour de nouvelles aventures filmées !

Présentation

La tailleur de pierre – Camilla Läckberg

couv20357020Auteur : Camilla Läckberg

Lectrice : Christine Pâris

Edition : Audiolib (paru initialement chez Actes Sud dans la collection Actes noirs)

Genre : Policier

Langue originale : Suédois

Date de parution : 2009

Heures d’écoute : 13 heures 50 minutes

ISBN : 978-2-35641-220-1

Résumé

«Un pêcheur de Fjällbacka trouve une petite fille noyée. Bientôt, on constate que Sara, sept ans, a de l’eau douce savonneuse dans les poumons. Quelqu’un l’a donc tuée avant de la jeter à la mer. Mais qui peut vouloir du mal à une petite fille ? Alors qu’Erica vient de mettre leur bébé au monde et qu’il est bouleversé d’être papa, Patrik Hedström mène l’enquête sur cette horrible affaire. Car sous les apparences tranquilles, Fjällbacka dissimule de sordides relations humaines – querelles de voisinage, conflits familiaux, pratiques pédophiles – dont les origines peuvent remonter jusqu’aux années 1920. Quant aux coupables, ils pourraient même avoir quitté la ville depuis longtemps. Mais lui vouer une haine éternelle.»

L’avis de la Papote

Les livres de la collection Actes noirs chez Actes Sud m’ont toujours particulièrement intriguée de par leurs couvertures sombres aux illustrations un peu… glauques. Malheureusement, n’étant pas particulièrement fan des romans policiers, je n’ai jamais voulu dépenser 20€ dans un livre de cette collection. Jusqu’au jour où l’une de mes collègues m’a proposé, non pas de lire l’un de ces fameux romans à la couverture noire, mais de l’écouter. Un livre audio donc. Malgré les quelques réserves que j’émettais secrètement dans ma tête bornée de lectrice de livres papiers, j’ai accepté de tester ce format totalement inédit pour moi (on en discute très prochainement dans un article #Lapapoteuse).

Nous sommes dans la ville de Fjällbacka, en Suède. Le corps sans vie de la petite Sara a été retrouvé dans les eaux maritimes par un pêcheur. Très vite, la police locale découvre la sordide vérité : Sara a été assassinée. La stupeur s’empare des habitants : qui pourrait en vouloir à une enfant?

« La dernière nasse était particulièrement lourde et il cala son pied sur le plat-bord pour la dégager sans se déséquilibrer. Lentement il la sentit céder et il espérait ne pas l’avoir esquintée. Il jeta un coup d’œil par-dessus bord mais ce qu’il vit n’était pas le casier. C’était une main blanche qui fendit la surface agitée de l’eau et sembla montrer le ciel l’espace d’un instant. Son premier réflexe fut de lâcher la corde et de laisser cette chose disparaître dans les profondeurs… »

Lorsque j’ai débuté l’écoute de ce livre, je n’avais pas la moindre idée de la trame de l’histoire. Je voulais me plonger dans cette nouvelle aventure livresque sans aucune attente particulière concernant l’intrigue. Mon cœur de maman n’a fait qu’un tour quand j’ai compris qu’il s’agissait du meurtre d’une petite fille. Autant vous dire que les larmes me sont vite montées aux yeux.

L’enquête policière nous emmène dans les plus sombres recoins de l’âme humaine et nous fait voyager à travers les époques. Il m’a fallu un petit temps d’adaptation pour comprendre que la narration était doublée : une partie de l’histoire se déroule de nos jours, et l’autre dans les années 1920 (« Hein? Elle regarde la télé? Mais je pensais qu’on était en 1920! » Hum.). Là où il est plus facile de revenir en arrière dans un livre au format papier, le livre audio ne permet pas une telle flexibilité. J’ai fini par comprendre, rassurez-vous.

Les thèmes abordés sont vraiment très noirs : conflits familiaux, querelles de voisinage, suicide, pédophilie, meurtre, bref, pas besoin de vous en dire davantage pour vous dresser le tableau. J’ai surtout apprécié le côté « petit village nordique où tout le monde sait tout sur tout le monde » et où rien ne reste secret bien longtemps (la femme du policier en charge de l’affaire est en fait la meilleure amie de la mère de la petite fille assassinée, z’avez compris?). C’est un peu comme les feux de l’amour Suédois en plus dramatique. On ne se doute pas du tout de la personne qui se cache derrière ce meurtre infâme, et tous les événements qui paraissent si disparates depuis le début se rejoignent d’un coup en une cohérence infaillible (Ah! C’était donc ça!).

Malgré la lourdeur et la noirceur du récit, je ne peux pas nier que ce livre a été un véritable coup de coeur pour moi. Une petite pépite qui me trotte encore dans la tête, plusieurs dizaines de jours après en avoir terminé l’écoute. Je ne sais pas si c’est le format audio qui a rendu cette expérience très marquante, mais quoi qu’il en soit, j’ai tout de suite rajouté « Le tailleur de pierre » dans ma Wishlist. Rien à faire, il me le faut physiquement parlant dans ma bibliothèque.

Après en avoir fait le retour auprès de ma collègue, voilà qu’elle m’apprend que ce livre fait en fait partie d’une loooooongue saga qui compte jusqu’à présent neuf tomes! NEUF! Les personnages principaux restent les mêmes au fil des histoires mais ils peuvent apparemment se lire indépendamment les uns des autres. Bon, pas de bol, « Le tailleur de pierre » est le troisième de la série, mais qu’à cela ne tienne, je commencerai par le premier (« La princesse des glaces ») dans pas très longtemps, ça c’est sûr!

Notez enfin qu’il existe une série créée par et pour la télé sur base de scénarii de Camilla Läckberg : « Les enquêtes d’Erica ». Affaire à suivre!

Bien qu’il ne s’agisse pas d’un chef d’oeuvre littéraire, « Le tailleur de pierre » de Camilla Läckberg aura au moins le mérite de se faire une place dans un coin de votre tête et de ne jamais en sortir. Touchant, émouvant, dégoûtant, intéressant, ce roman a toutes les qualités requises pour vous faire passer un moment de lecture (ou d’écoute ^^) intense. Coup de cœur!

Notation : ♥♥♥♥♥

Deception point – Dan Brown

deception point

Auteur : Dan Brown

Edition : Le Livre de Poche

Genre : Thriller

Langue originale : Anglais

Date de parution : 2006

Nombre de pages : 699

ISBN : 978-2-253-12316-3

 

Résumé

« Quand un satellite de la NASA détecte une météorite d’une exceptionnelle rareté enfouie sous les glaces du cercle polaire, cela tombe à pic pour l’agence spatiale, impatiente de faire oublier une série d’opérations ratées. A la veille de l’élection présidentielle, alors que son avenir politique est en jeu, le président des Etats-Unis envoie dans l’Arctique Rachel Sexton, analyste des services secrets, vérifier l’authenticité de cette découverte. Elle y rejoint une équipe d’experts, dont le charismatique océanologue Michael Tolland. Ce que Rachel va découvrir est presque inconcevable : une mystification audacieuse qui risque de déclencher un scandale mondial. »

L’avis de la Papote

Ah, ce très cher Dan Brown. Si vous suivez mon blog depuis le début, vous devez probablement connaître mon amour inconditionnel pour les ouvrages de cet auteur. Après avoir lu « Da Vinci Code » pendant mes études universitaires (en plein blocus, je ne vous raconte pas la galère pour refermer le livre et me mettre à étudier…), j’ai dévoré chacun de ses romans avec la même intensité et la même impatience à chaque fois. Il manie le suspense avec brio et, moi qui adoooooooore le symbolisme et l’histoire de l’art, Robert Langdon ne pouvait que me plaire ! Je peux officiellement dire, après avoir refermé « Deception point », que Dan Brown est un auteur dont j’ai lu absolument tous les livres. La classe, n’est-ce pas ?

Rachel Sexton, fille du sénateur Sexton en lice pour les présidentielles et membre des services secrets du NRO, est contactée par le président des Etats-Unis en personne afin de découvrir le dernier trésor de la NASA. Cette agence, menacée de passer dans le domaine privé si le Sénateur Sexton est élu, fait une découverte absolument inattendue (dont je ne vous révélerai pas la nature exacte, bien entendu). Toute la campagne du Sénateur est menacée. La conquête spatiale redore le blason national. Et quand il s’agit de politique, les hommes très (trop) ambitieux sont généralement prêts à tout…

« La maison blanche est l’un des palais présidentiels les plus petits du monde puisqu’elle ne mesure que soixante-cinq mètres de longueur sur trente-deux mètres de profondeur et qu’avec son parc elle n’occupe que neuf hectares. Le plan de la demeure en parallélépipède rectangle, oeuvre de l’architecte James Hoban, avec son toit à arêtes, sa balustrade et son perron à colonnades, si banal qu’il soit, avait été choisi sur concours. Les juges avaient apprécié son aspect riant, digne et simple à aménager. Le président Zach Herney, même après trois ans et demi passés là, ne se sentait pas chez lui dans ce théâtre truffé de statues, d’imposants candélabres et de Marines armés. En ce moment, pourtant, alors qu’il se dirigeait à grandes enjambées vers l’aile ouest, il se sentait réconforté et, bizarrement, à l’aise. Il volait presque sur l’épaisse moquette. » (p.89)

« Deception point » est le deuxième ouvrage écrit par l’auteur. Comme dans « Forteresse digitale », Robert Langdon n’entre pas encore en scène. Pas de secte, de mystère, de symboles, d’art, mais la chasse aux indices est tout de même belle et bien présente. L’intrigue tourne autour de complots politiques, de découvertes scientifiques à couper le souffle, de mensonges, de crimes mais aussi un tout petit chouïa de romance, tous les ingrédients qui, mis ensemble, forment un formidable suspense et un page-turner fabuleux.

Contrairement aux autres livres mettant en scène Robert Langdon, le suspense n’apparaît qu’à la 150ème page. Oui, ça fait beaucoup. Dan Brown prend le temps de poser le contexte, de présenter les personnages et ne nous révèle la fameuse découverte autour de laquelle gravite la majorité de l’intrigue qu’à la page 144. Qu’à cela ne tienne, même si l’histoire met du temps à démarrer, le reste en vaut largement la chandelle. Moi qui ne porte aucun intérêt à la politique, j’ai complètement succombé aux complots et aux dysfonctions dans le système. L’auteur met brillamment en scène les conséquences désastreuses d’une recherche excessive du pouvoir, de la reconnaissance et du succès. On finit par douter de tout. Vraiment captivant !

Le livre contient également de très nombreuses références scientifiques liées à l’exploration spatiale, marine et glacière. Encore une fois, certains passages auraient pu, à mon sens, être écourtés et moins complexes, mais cela n’enlève en rien l’intérêt que le lecteur peut porter à ces informations. Elles restent malgré tout nécessaires à la compréhension du complot principal.

Vous l’aurez compris, cette lecture a été à la hauteur de mes attentes. Je n’irai pas jusqu’à lui mettre le coup de cœur, pour les diverses raisons énumérées ci-dessus, mais vraiment, ce livre est TOP. Une petite brique dévorée en quelques jours à peine, c’est pour vous dire.
J’ai appris très récemment que le prochain livre de l’auteur, « Origin », sortira dans nos librairies le 26 septembre 2017. Après mon coup de cœur intersidéral pour « Inferno », j’attends ce prochain chef d’œuvre avec la plus grande impatience !

Si vous avez aimé les best-sellers de l’auteur, vous apprécierez sans aucun doute « Deception point ». Dan Brown reste fidèle aux essentiels qui font de ses ouvrages un réel succès planétaire : le suspense, les complots, la chasse aux indices. Foncez, vous ne serez pas déçus, parole de papoteuse !

Notation : ♥♥♥♥

Book haul #6 Spécial Foire du livre de Bruxelles 2017

Si vous êtes des papoteurs belges comme moi, vous attendez probablement cet événement chaque année avec la plus grande impatience. La Foire du livre de Bruxelles est particulièrement appréciée chez nous. On y trouve un programme riche en conférences et autres animations, les grandes maisons d’édition comme les plus petites, des grands auteurs renommés comme de plus petits auteurs auto-édités, bref il y en a pour tout le monde!

Je n’ai pas dérogé à la règle et me suis rendue fébrilement à cet événement le weekend dernier. Je n’ai évidemment pas pu garder mon portefeuille dans mon sac, vous vous en doutez bien (niark niark). Voici donc le résultat d’une après-midi de razzia dans l’antre des Bookaddicts belges!

DSC_0327
Photo : La papote livresque

Tout d’abord, j’ai jeté mon dévolu sur « Demain les chats » de Bernard Werber, paru aux éditions Albin Michel (2016). J’avais évidemment prévu de le faire dédicacer par l’auteur, mais la looooongue file d’attente m’a complètement découragée. L’ayant déjà rencontré une fois à Lille lors d’une mini conférence pour son roman « Le sixième sommeil », je me suis dit que je ferais signer celui-là après l’avoir lu, quand il reviendra nous voir. Perso, je trouve cela quand-même plus sympa de pouvoir discuter du contenu du livre avec l’auteur, plutôt que d’y aller sans connaître l’histoire.

DSC_0332
Photo : La papote livresque

Ensuite, il fallait absolument que je me procure « Le livre des Baltimore » paru au tout début du mois de mars dans les éditions de Fallois poche (2017) et écrit par Joël Dicker. « La vérité sur l’affaire Harry Québert » fut un tel coup de coeur intersidéral que je ne pouvais pas passer à côté de celui-ci. J’attendais patiemment la version poche, pour que les deux livres soient l’un à côté de l’autre dans ma bibliothèque (#lanévrosée). J’ai hâte de retrouver Marcus Goldman et le talent de Joël Dicker!

dsc_0334.jpg
Photo : La papote livresque

Le dernier roman que je me suis procuré n’est autre que « Le coeur des louves » de Stéphane Servant, paru aux Editions du Rouergue (2013). Influencée par Margaud liseuse, encore. Que voulez-vous, je suis faible. Je ne connais rien de l’histoire, et c’est comme ça que j ‘ai envie de le découvrir !

dsc_0322.jpg
Photo : La papote livresque

Je ne me suis pas arrêtée en si bon chemin et j’ai craqué pour « Irena, tome 1 : Le ghetto » de Jean-David Morvan, Séverine Tréfouël, David Evrard et Walter (2017) aux éditions Glénat (2017). C’est Piko Books qui en avait parlé sur sa chaîne et qui m’avait convaincue d’ajouter cette BD à ma Wishlist. Je ne me souviens plus du résumé exact, juste que l’histoire se déroule pendant la seconde guerre mondiale et qu’il ne faut pas mettre cette BD dans les mains des plus jeunes, au vu de la grande sensibilité du sujet exploité. Une façon différente d’en apprendre davantage sur cette période si sombre.

DSC_0328
Photo : La papote livresque

Restons dans les Bandes Dessinées avec « Tintin au pays des Soviets » de Hergé paru chez Casterman (2017). Je n’ai pas pu résister à l’engouement actuel autour de cette sortie, le premier tome des aventures de Tintin, initialement en noir et blanc, et colorisé cette année par Michel Bareau et Nadège Rombaux. Je suis une grande fan de notre reporter national, tellement hâte de découvrir cette première histoire!

DSC_0340
Photo : La papote livresque

Enfin, je me suis laissée tenter par « Le monstre du placard existe et je vais vous le prouver… », écrit par Antoine Dole et illustré par Bruno Salamone, paru chez Actes Sud junior (2016). Non mais regardez-moi cette couverture ! C’est d’abord le travail graphique qui m’a attirée, puis l’histoire m’a transportée, enfin l’illustrateur étai en dédicaces, donc j’ai craqué, CQFD. Bruno Salamone a réalisé une magnifique dédicace à ma petite fille Sasha, qui n’a que 4 mois et une bibliothèque presque aussi grande que celle de sa maman !

DSC_0335
Photo : La papote livresque
DSC_0337
Photo : La papote livresque

Et vous, vous êtes allés à la Foire du livre cette année? Quels sont les derniers trésors ayant rejoint votre bibliothèque?