La voyageuse: tome 1 – Iman Eyitayo

couv51618112

Auteur : Iman Eyitayo

Edition : CreateSpace

Genre : Romance – Fantastique

Langue originale : Français

Date de parution : 2017

Nombre de pages : 248

ISBN : 978-1548588687

Résumé

«À 18 ans, Kanyin vient de terminer son lycée avec brio et ne tient plus en place à l’idée d’entrer enfin à l’université. Toutefois, lorsque sa mère lui annonce qu’elle doit passer ses vacances au Bénin, auprès de son père, sa bonne humeur s’évapore. Ce dernier étant constamment accaparé par son métier de chirurgien, la jeune fille s’attend à deux mois d’ennui et de solitude. Elle ne prévoyait certainement pas retrouver un vieil ami d’enfance dans une situation plus qu’inattendue : dans le coma. Et elle s’attendait encore moins à ce qu’en le touchant, elle se retrouve projetée dans un endroit des plus étranges…»

L’avis de la Papote

Cette fois-ci, c’est l’autrice qui m’a directement proposé de découvrir le premier tome de « Voyageuse », une romance fantastique young adult. Avouez-le, vous aussi vous auriez accepté sans hésitation à la lecture de ce résumé. Parce que même si la romance et moi on n’est pas très copains, il faut bien dire ce qui est : se retrouver dans un autre monde simplement en touchant un jeune homme dans le coma, c’est assez intriguant… C’est donc plutôt le côté fantastique de l’intrigue qui m’a happée.

Nous suivons donc Kanyin, la narratrice, une jeune fille de 18 ans qui se voit forcée de passer l’été avec son-père-le-chirurgien-qui-ne-fait-que-bosser. En arrivant au Bénin, elle découvre que l’un de ses meilleurs amis d’enfance, Jun (pour qui elle avait le béguin OF COURSE), est dans le coma depuis deux semaines. Rusant pour lui rendre visite, elle se retrouve bien malgré elle emportée dans un monde parallèle après avoir touché le bracelet qu’il portait au poignet. Evidemment, les aventures qui vont suivre seront loin d’être de tout repos…

Je clignai des yeux sans comprendre pendant un long moment. Puis, je m’extirpai de la voiture et rejoignis mon père, qui ouvrait les portes du garage :

– Comment ça, dans le coma?

La nouvelle n’avait aucun sens. Jun n’avait que dix-neuf ans, pourquoi serait-il dans un tel état? (p.22)

J’ai passé un très bon moment de lecture avec cet ouvrage. La construction du récit m’a, je dois l’avouer, complètement surprise. J’ai dévoré les pages les unes après les autres, avide de savoir ce qui allait se dérouler sous mes yeux. Un petit page turner qui fait du bien au moral pendant l’été!

L’univers construit est très intéressant bien que difficilement visualisable, si vous voyez ce que je veux dire par là. Selon moi, il manquait quelques descriptions supplémentaires pour rendre le tableau plus clair et moins confus. J’ai parfois ressenti quelques difficultés à imaginer l’endroit… Si vous aimez la culture asiatique, je pense que vous pourriez être séduit par ce monde parallèle. Il y a notamment de nombreuses allusions aux caractères chinois et aux signes astrologiques qui constituent des éléments primordiaux de l’intrigue. Encore une fois, ne vous attendez pas à un univers extrêmement fouillé, mais c’est plaisant à lire malgré tout.

Pour ce qui est de l‘écriture, rien de transcendant au niveau du style employé. Simple mais efficace, suffisant pour un livre Young Adult. Si vous recherchez une écriture marquée, incisive ou au contraire douce et poétique, passez votre chemin! Ce n’est pas pour ça qu’il faut lire « La voyageuse », mais bien pour la construction du récit et l’intrigue qui valent le coup d’être découverts.

Un petit point concernant les personnages. Les deux protagonistes principaux, Kanyin et Jun, m’ont bien souvent agacée de par leur comportement que j’ai rarement compris. Les jet’aime-moi-non-plus, ça m’a un peu gavé… Je pense sincèrement que les adolescents et très jeunes adultes peuvent s’y retrouver, mais à mon âge (ça va hein, j’ai pas encore 30 ans ^^) ça ne l’a pas fait du tout. Certains personnages secondaires m’ont parus mieux construits, plus réalistes et moins clichés. Après, c’est une question de feeling !

Malgré les quelques petits bémols cités dans cette chronique, je vous invite évidemment à découvrir le travail de l’autrice (sur son site ici) et à vous lancer dans ce premier tome de saga afin de vous en faire votre propre avis! L’important, c’est que j’ai passé un très bon moment en compagnie de Kanyin, Jun et les autres et que, malgré tout, j’ai quand-même envie de connaître la suite de l’histoire …

La voyageuse, premier tome d’une saga fantastique Young Adult, vous transportera dans un univers original bien que trop peu exploité à mon goût. Un très bon page turner qui vous fera passer un agréable moment !

Notation : ♥♥♥♥♥

Publicités

La papoteuse #2 : liseuse ou pas liseuse ?

Si vous êtes des amoureux du livre et du papier comme moi, probablement que la question d’investir dans une liseuse ne vous a jamais effleuré l’esprit, ou même peut-être complètement rebuté. Je vous entends déjà d’ici : « Ah ça, jamais! ». J’ai tenu le même discours pendant des années… Jusqu’à ce que, en me baladant dans une grande chaîne de librairie belge (Club), je tombe nez à nez avec l’un de ces appareils magiques qui vous proposent de trimbaler toute votre bibliothèque partout avec vous pour moins de 190 grammes. Avouez que c’est quand-même assez tentant …

A l’opposé, je suis également persuadée que plusieurs d’entre vous ont déjà succombé au phénomène des liseuses et à la lecture numérique. Parce que mine de rien, des avantages, y en a plein !

Alors, liseuse ou pas liseuse ? Puisque je n’arrive pas à prendre une décision (pour pas changer), je me suis dit que ce serait sympa de demander l’avis de mes papoteurs. Faisons le point ensemble sur les raisons qui pourraient pencher en faveur ou en défaveur de cet appareil.

  • C’est facile à transporter. Je dirais que c’est, selon moi, l’avantage principal de la lecture sur liseuse. J’aime beaucoup prendre avec moi ma lecture en cours, au cas où une plage horaire se libère au boulot ou si je reste coincée dans les embouteillages pendant deux heures. Quand c’est un format poche, cela ne pose pas trop de soucis, mais une belle brique de 800 pages, ça prend tout de suite plus de place dans le sac à mains…
  • C’est un gain de place à la maison. Oui, ça aussi c’est pas négligeable. Je suis anti-stockage pour TOUT. Si un objet ne me sert plus chez moi, j’essaye d’office de m’en débarrasser. Avec les livres, c’est un peu pareil. Dans ma bibliothèque ne siègent que les livres que je suis susceptible de relire un jour, ainsi que les livres qui constituent ma pile à lire. Le reste, je revends, je donne, je fournis les boîtes à livres, mais je ne garde pas. La liseuse évite donc d’encombrer les étagères de sa bibliothèque, ce qui est assez positif en soi. Mais une liseuse encombrée de livres que je n’aime pas, c’est pas la meilleure des solutions non plus… Mouais…
  • Elle rend possible la lecture dans le noir. Aaaaah ça c’est plus que positif ! Voyez-vous, la plupart du temps, je lis le soir avant de m’endormir. C’est un rituel d’endormissement indispensable. Et pour ne pas laisser la lumière allumée et respecter le sommeil de Môsieur, la lampe de poche est systématiquement de la partie. Pas super pratique, on est d’accord. Avec la liseuse et l’écran rétroéclairé qui ne fait pas mal aux yeux, finis les combats de force avec la lampe de poche dans une main et le livre dans l’autre !
  • Les livres numériques sont moins chers. C’est vrai que, d’un point de vue financier, un eBook coûtera toujours moins cher que sa version papier. Cependant, j’étais assez étonnée de voir que certaines différences de prix étaient très peu marquées. Pour un ou deux euros de plus, je préfère largement investir dans la version papier d’un bouquin. De plus, il ne faut pas oublier l’investissement initial dans l’appareil lui-même. C’est vraiment pas donné (comptez en moyenne environ 130€ pour une liseuse sur le marché actuel) ! Cela dit, la majorité des grands classiques de la littérature française est disponible gratuitement en format numérique, et il existe même quelques livres en format pdf complètement gratuits sur la toile. Certaines maisons d’édition n’hésitent pas non plus à faire des promotions avec des ebooks à 0,99€ pendant une période limitée. Rien ne m’empêcherait alors de découvrir ces ouvrages sur la liseuse, et de me procurer la version papier de ceux qui méritent leur place dans ma bibliothèque. Pas bête!
  • La liseuse offre un confort de lecture optimal. Elle propose un accès direct au dictionnaire pour les mots dont la signification pourrait nous échapper, on peut lire à une main, les écrans offrent un confort de lecture similaire au papier, on a accès aux statistiques de notre lecture en cours (pourcentage lu, etc.), on peut surligner des passages marquants, bref, encore pleins d’avantages qui ne me laissent pas indifférente. Oui, sauf que …
61KQdu5uqkL._SL1000_
Amazon Kindle Paperwhite – 129,99€
1540-1
Fnac Kobo Glo HD – 129 €
screenshot_lese_FR.png
Club Tolino Shine 2 HD – 129€
  • Je suis une dingue de l’objet livre. Les belles couvertures, les illustrations en couleur, la qualité du papier, l’odeur des pages neuves (oui parce que je déteste l’odeur des vieux livres poussiéreux, c’est comme ça), tourner les pages au fur et à mesure de la lecture, tout ça fait partie de ce qui me passionne dans un livre. Appuyer sur un bouton pour passer à la page suivante, avouez que c’est quand-même moins enivrant.
  • Je peux revendre/prêter/donner mes livres papiers, mais pas mes eBooks. Ça aussi, ça m’ennuie fortement. Comme je le disais plus haut, je n’aime pas encombrer ma maison. Mais je ne veux pas non plus d’une liseuse pleine de livres qui ne me plaisent pas. Alors ok, les livres numériques ne peuvent pas s’abîmer matériellement et, par conséquent, ne perdent pas de leur valeur monétaire, mais c’est pas pour ça qu’on ne peut pas en faire profiter quelqu’un d’autre non ?

En somme, je ne pense pas être prête à passer le cap de la lecture numérique tout de suite, même si je conçois très bien l’attirance qu’elle peut engendrer suite à tous les avantages qu’elle propose. Peut-être que le mieux serait d’adopter un équilibre entre les deux, prendre les avantages de l’une et de l’autre sans pour autant s’encombrer des inconvénients. Affaire à suivre donc, mais je suis curieuse de connaître votre avis sur la question. Alors n’hésitez pas à me faire part de votre expérience avec les eBooks !