Book haul #4

L’heure est grave. Attendez-vous à voir de nombreux articles Book haul dans les semaines à venir. J’ai un peu (beaucoup) craqué mon slip ces deux derniers mois. Que voulez-vous, y en a qui s’achètent compulsivement des chaussures (moi, il fut un temps), perso, je m’achète des livres. Pour ma défense, j’en reçois aussi de la part de mes proches qui savent comment me faire plaisir ! Assez de bavardages, entrons dans le vif du sujet.

dsc_0299
Photo : La papote livresque

Je commence par vous présenter les achats Belgique Loisirs du dernier catalogue en date. J’ai d’abord jeté mon dévolu sur « Le Bon Gros  Géant » de Roald Dahl aux éditions France Loisirs (1984). Je me suis lancée le défi de découvrir chaque année un ouvrage de cet auteur magique. Je l’ai déjà lu, vous pourrez trouver la chronique de cette douce histoire ici. Ensuite, j’ai craqué sur un livre dont je n’avais jamais entendu parler : « Epépé », écrit par Ferenc Karinthy aux éditions France Loisirs (2005) toujours. L’intrigue est plutôt originale : un linguiste qui maîtrise plusieurs dizaines de langues se retrouve dans une ville complètement inconnue et où les habitants communiquent dans une langue étrangère dont il ne connaît pas l’existence. Pas mal hein ? Enfin, j’ai pu choisir un livre gratuit parmi la sélection du catalogue puisque j’avais atteint les 100 points. J’ai décidé de me procurer « Le bazar des mauvais rêves » de Stephen King chez France Loisirs (2015). Je fais partie de ces lecteurs qui n’ont JAMAIS lu de Stephen King (honteuse). Il faut dire que je suis une vraie froussarde, et que je lis principalement le soir, ce qui n’aide pas à me convaincre de sauter le pas… Je me suis dit que ce recueil de nouvelles effrayantes serait la meilleure façon de découvrir son univers sombre et terrifiant.

DSC_0301.JPG
Photo : La papote livresque

Lors d’une dernière brocante, j’ai pu trouver « Magie irlandaise » de Nora Roberts aux éditions France Loisirs (2015). Une belle intégrale de 1053 pages, pour la modique somme de 2€ et dans un état IM-PEC-CA-BLE. Une aubaine ! Une histoire contemporaine se déroulant en Irlande et mêlant magie, fantômes et romance, que demander de plus?

Tant que nous sommes dans les achats de seconde main, j’ai déniché le premier tome de la Bande Dessinée « Zombillénium : Gretchen » de Arthur de Pins paru chez Dupuis (2010). Cette BD relate l’histoire d’un parc d’attractions qui embauche uniquement de véritables créatures fantastiques.

dsc_0308
Photo : La papote livresque

Je suis une véritable Potterhead dans l’âme, vous commencez à me connaître. Même si je suis contre l’accumulation d’objets chez moi, j’ai pris la décision de faire la collection des différentes éditions originales et françaises de la saga Harry Potter. Si, si. Les premières éditions Gallimard, Folio junior, mais aussi Bloomsbury ou encore Scholastic pour les éditions américaines. Je suis tellement admirative du travail éditorial de ces ouvrages que je les veux TOUS dans ma bibliothèque. Le hic? Ben ce sont d’anciennes éditions qu’on ne trouve que d’occasion. J’ai déjà pu trouver « Harry Potter et le prince de sang mêlé » de J.K. Rowling aux éditions Folio Junior (2006) ainsi que « Harry Potter and the order of the Phoenix », toujours de J.K. Rowling aux éditions Bloomsbury (2003), en version Hardback.

DSC_0311.JPG
Photo : La papote livresque

Ces derniers temps, j’ai également fait l’acquisition des deux premiers tomes de « Le maître des livres » de Shinohara Umiharu aux éditions Komikku (2014), une série de manga seinen qui me tente depuis des lustres, et qui relate l’histoire d’un bibliothécaire soucieux de conseiller le bon livre à la bonne personne.

DSC_0309.JPG
Photo : La papote livresque 

Enfin, lors de notre petit séjour en Alsace, je n’ai pas pu résister au premier tome de la saga « A la croisée des mondes : les Royaumes du Nord » de Philip Pullman aux éditions Folio Junior (2000). Un incontournable de la littérature jeunesse qu’il me tarde vraiment de découvrir !

DSC_0310.JPG
Photo : La papote livresque

Et vous, quels livres ont rejoint votre PAL dernièrement ? Dites-moi tout!

Le Bon Gros Géant- Roald Dahl

couv58529691

Auteur : Roald Dahl

Edition : France Loisirs

Genre : Jeunesse

Langue originale : Anglais

Date de parution : 1984

Nombre de pages : 228

ISBN : 978-2-298-11442-3

Résumé

«Sophie ne rêve pas, cette nuit-là, quand elle aperçoit de la fenêtre de l’orphelinat une silhouette immense vêtue d’une longue cape et munie d’une curieuse trompette. Une main énorme s’approche… et la saisit. Et Sophie est emmenée au pays des géants. Terrifiée, elle se demande de quelle façon elle va être dévorée. Mais la petite fille est tombée entre les mains d’un géant peu ordinaire : c’est le BGG, le Bon Gros Géant, qui se nourrit de légumes, et souffle des rêves dans les chambres des enfants.»

L’avis de la Papote

Roald Dahl est l’un de ces rares auteurs qui me vend du rêve rien qu’au titre de ses livres. Chaque année, en automne/hiver, j’en ai fait une petite tradition : je lis un nouveau Dahl. L’an passé, j’avais découvert « Charlie et la chocolaterie ». Cette fois-ci, j’ai voulu me plonger dans « Le Bon Gros Géant », avant de filer voir l’adaptation cinématographique récente.

Sophie est une petite orpheline qui, un soir, se fait enlever par un géant. Personne ne peut voir les géants, au risque de voir une chasse aux monstres se déployer dans tout le pays et ça, aucun géant ne le permettrait. Par chance, Sophie a été kidnappée par le Bon Gros Géant, un géant pas comme les autres puisqu’il ne dévore pas les hommes! Ce qui n’est généralement pas le cas, comme le découvrira Sophie assez vite…

« Sous la clarté d’argent de la pleine lune, la rue du village qu’elle connaissait si bien avait un aspect tout différent. On aurait dit que les maisons s’étaient penchées; elles avaient l’air toutes tordues et semblaient sortir d’un conte de fées. Tout était pâle et fantomatique, d’une blancheur de lait. Sophie aperçut en face la boutique de Mme Rance, où l’on pouvait acheter des boutons, de la laine et des élastiques. Elle paraissait irréelle, baignée elle aussi de cette même pâleur brumeuse. Sophie laissa errer son regard un peu plus loin dans la rue, puis de plus en plus loin. Et soudain, elle se figea. Quelque chose remontait la rue, sur le trottoir opposé. Quelque chose de tout noir, de tout noir et de tout grand, de tout noir, de tout grand et de tout mince. » (p.11)

Je suis tombée folle amoureuse de l’ambiance très Dickens de l’ouvrage. On est en Angleterre, dans un village aux maisons tordues, avec une petite fille défavorisée et orpheline, et une histoire qui, sans vous spoiler outre mesure, se finit comme un conte de fées. Sophie est un personnage très attachant, sans parler du BGG qui est tout à fait remarquable! N’étant jamais allé à l’école, il possède un langage bien à lui, et les jeux de mots sont hilarants!

« – Mais si vous ne mangez pas des gens comme les autres géants, de quoi vous nourrissez-vous donc? demanda Sophie.

   –  C’est un problème bigrement difficultueux dans la région, répondit le BGG. Dans ce pays miteux et cala-minable, les bonnes mangeailles comme les ananas ou les six trouilles ne poussent pas. Et d’ailleurs, rien ne pousse ici, sauf une espèce de légume tout à fait nauséabeurk. On l’appelle le schnockombre. » (p.53)

Une seule chose a légèrement dérangé ma lecture : certains passages sont en fait des rédactions écrites de la main du BGG. Ces extraits sont, comme on pourrait l’attendre, bourrés de fautes d’orthographe. Avec mes lunettes de logopède, cela me paraît difficilement concevable de faire lire ce livre à des enfants… Les exposer délibérément à des erreurs orthographiques, très peu pour moi… Peut-être avec des enfants déjà plus âgés, qui pourront faire la part des choses, et encore…

Cela étant dit, on retrouve tous les ingrédients qui ont fait le succès de « Charlie et la chocolaterie ». Une histoire qui met l’accent sur l’imagination et la foi inébranlable des enfants en la magie présente dans ce monde, ce que ça fait du bien de lire une histoire comme celle-ci en cette période de fin d’année!

Le Bon Gros Géant est une histoire pleine de douceur, de bon sens et de scènes farfelues et hilarantes. Une bonne dose de magie, un zeste d’humour et une pointe de Dickens, et vous obtiendrez un merveilleux cocktail littéraire pour les plus petits et les plus grands. Un vrai régal ! 

Notation : ♥♥♥♥

Cold Winter Challenge 2016

Le mois de décembre arrive à grands pas, et cette année, j’ai bien envie de me lancer dans le Cold Winter Challenge. Vous ne connaissez pas ? Laissez-moi vous présenter cet événement tant attendu par les Bookaddict de la blogo et de Booktube !

Cette année, le Cold Winter Challenge fête ses 5 ans, et c’est Margaud Liseuse et Moody qui gèrent l’événement. Voici la description que vous pourrez trouver sur le blog de Margaud :

Chaque année depuis 2012, le challenge est là pour vous accompagner durant les mois les plus froids de l’année. On se réserve une petite pile à lire spéciale hiver et on pioche dedans sur toute la durée du challenge. L’avantage, c’est qu’on y met le nombre de livres que l’on souhaite, en lien avec la saison froide, les fêtes, ou pas du tout. Le but c’est de se faire plaisir, de se donner un petit challenge personnel, et de se dépasser si on en a envie. 

Les inscriptions se font sur le groupe Facebook. Et si vous n’avez pas Facebook, vous pouvez bien sûr participer tout de même, sans vous inscrire. Si vous êtes actif sur les autres réseaux sociaux, n’hésitez pas à parler du challenge avec le #ColdWinterChallenge. Et pour les dates, on fait chauffer les plaids à partir du 1er décembre 2016 jusqu’au 31 janvier 2017. On hiberne quoi en gros. 

C’est les fêtes! Et qui dit fête, dit menu de fête. Alors cette année on prévoit light (les chocolats sur le sapin ont déjà commencé à disparaître, je vous vois), et je vous propose deux petits menus, très simples à tenir. Il vous suffit de choisir l’un des deux, ou les deux. Le challenge est donc relevé une fois les lectures du menu terminées. Et totalement relevé quand vous aurez lu tous les livres que vous vous étiez imposés dans votre pile.
  • Montagne enneigée : lire 2 livres dont la thématique principale est le froid, la neige ou l’hiver.
  • La magie de Noël : lire 2 livres se déroulant durant la période des fêtes de fin d’année.

Voili Voilou. Sympa comme concept hein ? Maintenant que vous êtes familiarisés avec le fonctionnement du challenge, voici les livres que j’ai décidé d’intégrer à ma pile à lire spéciale Cold Winter. J’ai privilégié le menu Montagne enneigée, puisque je n’ai pas vraiment d’ouvrages dont l’intrigue se déroule à Noël dans ma bibliothèque.

Flocons d’amour ° J. Green – M. Johnson – L. Myracle ° Editions France Loisirs

couv19928473

« Un noël très enneigé, un train immobilisé par la tempête, et une « Maison de la gaufre » comme unique refuge… Entre rencontres amicales et amoureuses, rires et larmes, des adolescents découvrent et dévoilent leurs sentiments. »

Bon, on est d’accord, celui-ci pourrait convenir pour les deux menus finalement. Mais c’est bien le seul … Il s’agit d’un petit recueil de trois nouvelles, que j’avais précieusement gardé pour pouvoir le lire pendant les fêtes ! Je l’avais acheté principalement parce que la couverture est juste à tomber et que John Green est l’un des auteurs. Hâte de relire sa jolie plume !

 La Passe-Miroir Tome 1 : Les fiancés de l’hiver ° C. Dabos ° Gallimard

couv52429656« Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’Arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel. »

Je vais enfin me plonger dans le premier tome de cette saga que tout le monde a lu et adoré ! Impatience impatience !

 Le flibustier du froid ° L. Rosmorduc ° Editions du Riez

flib

« L’arrivée d’un grand trois-mâts dans la cité portuaire de Trède va bousculer la vie de ses habitants, et notamment celle de Thibault. De caches secrètes en message codé, le jeune garçon va retrouver la piste d’un lointain pirate. Aux côtés d’Alastar, il va vivre la plus grande aventure de sa vie. La plus dangereuse aussi.
Au milieu d’une mer en furie, sillonnant entre icebergs et banquise, les deux héros se lancent dans une étourdissante chasse au trésor. Mais sont-ils les chasseurs ou les chassés ? »

Je vous en avais parlé il y a peu de temps dans un article entièrement consacré aux Editions du Riez. Le moment est venu de me plonger dans cette aventure du Grand Nord !

Personnellement, c’est la première fois que j’y participe et je trépigne d’impatience à l’idée de me plonger dans ma petite sélection hivernale ! Et vous, vous comptez y participer ? Quels sont les livres que vous avez sélectionnés ?

Book haul #1

Je vous retrouve cette fois avec un article un peu différent, puisque je vais vous présenter toutes les acquisitions livresques que j’ai pu faire au cours de ce mois de juillet 2016. Tous ces livres ont donc rejoint ma PAL et attendent patiemment d’être lus.

DSC_0312
Photo : La papote livresque

Je me suis d’abord rendue à une boutique OXFAM qui vend quelques livres d’occasion, dans le centre de Nivelles (pour les papoteurs belges). Je ne pensais pas y trouver quoi que ce soit puisque, il faut le dire, je suis très pointilleuse quand il s’agit d’acheter des livres en seconde main. Ils doivent être dans un état impeccable, et surtout, ne pas dégager une quelconque odeur (sinon celui d’un livre neuf). Et j’ai réussi à trouver trois petits trésors malgré mes exigences! Le tout pour 11€, une véritable aubaine me direz-vous.

J’y ai donc fait l’acquisition du célèbre « Les enfants de la liberté » de Marc Levy  publié aux éditions Robert Laffon (2007), de « Les étoiles de Noss Head – Vertige », le premier tome de la saga jeunesse fantastique de Sophie Jomain aux éditions France Loisirs (2013), ainsi que « Mercure » d’Amélie Nothomb aux éditions Le livre de poche (2000), dont le résumé me tente depuis une éternité.

DSC_0304
Photo : La papote livresque

J’ai ensuite fait un petit saut à la librairie Molière, célèbre bâtiment du centre de Charleroi en Belgique. J’y allais essentiellement pour acheter des livres à offrir mais je n’ai pas pu m’empêcher de faire l’acquisition de deux ouvrages qui avaient rejoint ma Wish List depuis quelques temps.

Tout d’abord, j’ai jeté mon dévolu sur le bien connu « Tobie Lolness » de Timothée de Fombelle, dans la version intégrale proposée cette année par Gallimard (2016), qui réunit donc les deux tomes en un seul volume (« La vie suspendue » – « Les yeux d’Elisha »). Comment ne pas tomber sous le charme de cette histoire après avoir lu cet article sur le blog Le cahier de lecture de Nathan ? J’ai vraiment hâte de découvrir l’univers de ce conte et surtout, la plume de Timothée de Fombelle dont je n’entends que des éloges!

J’ai ensuite craqué pour le premier tome de la saga « Miss Peregrine et les enfants particuliers » de Ransom Riggs, paru aux éditions Bayard Jeunesse (2012). L’adaptation cinématographique étant prévue pour le 5 octobre 2016, il était temps que je mette la main sur cet ouvrage qui a fait un carton plein sur la blogo et sur Booktube.

DSC_0307
Photo : La papote livresque

Ensuite, en allant fureter dans la boîte à livres du centre de Nivelles (vous savez, ces boîtes dans lesquelles vous pouvez déposer ou prendre des bouquins, basées sur le principe du partage gratuit de lectures en tout genre), j’ai trouvé un exemplaire de « Cela » de Moka, aux éditions L’école des loisirs dans leur collection Medium (2000). Moka est un auteur qui m’avait particulièrement marquée lorsque j’avais dû lire pour l’école « Un ange avec des baskets », je devais avoir 11 ou 12 ans. J’ai hâte de le redécouvrir à travers cette histoire au résumé très intriguant!

DSC_0306
Photo : La papote livresque

Enfin, le dernier livre que je me suis offert (et pas des moindres!) n’est autre que « Harry Potter and the cursed child » de notre chère J.K. Rowling, paru aux éditions Little Brown (2016). Je ne l’avais pas pré-commandé sur Amazon, simplement parce que j’aime acheter mes livres en librairie plutôt que sur le net. J’ai arpenté les rues de La Panne à la côte belge le jour même de la sortie du livre à la recherche d’une librairie et .. Bingo ! Pour celles et ceux qui n’en auraient pas eu vent, il s’agit du huitième opus de la célébrissime saga Harry Potter au format Théâtre. Je n’ai évidemment pas pu attendre la version française (sortie prévue chez Gallimard le 14 octobre 2016) pour connaître la suite des aventures de ce cher Harry. Vous en entendrez parler très vite sur le blog, je me hâte de terminer ma lecture en cours pour le dévorer!

13906801_1161289333935736_2082579663202356316_n
Photo : La papote livresque

Voilà donc pour mes acquisitions livresques du mois de juillet 2016! Et vous, pour quels ouvrages avez-vous craqué ce mois-ci ?

Malefica Tome 1 : La voie du livre – Hervé Gagnon

couv45490768Auteur : Hervé Gagnon

Edition : France Loisirs

Genre : Thriller historique

Langue originale : Français

Date de parution : 2014

Nombre de pages : 530

EAN : 978-2298096965

Tome 2 : Malefica : La voie royale

Résumé

« En l’an 1639, la France est aux prises avec les révoltes populaires, la famine et un clergé qui voit le Mal partout. On brûle comme sorcières toutes les femmes qui ont le malheur de ne pas correspondre au dogme catholique. Dans le petit village d’Abelès, Anneline Dujardin, sa mère Catherine et sa fille Jeanne, guérisseuses comme toutes leurs aïeules, coulent des jours paisibles jusqu’à ce que le nouveau curé lance l’Inquisition à leurs trousses.
Dans un hameau voisin, l’armurier François Morin voit sa femme et sa fillette sauvagement assassinées par un gabeleur et ses hommes. Il exerce une vengeance terrible et se retrouve hors-la-loi. Unis dans le malheur, dépositaires d’un mystérieux grimoire qui remet en question la légitimité de Louis XIII, Anneline et François tenteront d’échapper à l’inquisiteur, au prévôt de justice, aux mousquetaires du roi et au Cardinal de Richelieu. S’enclenche alors une frénétique chasse au trésor, dont l’issue déterminera le sort des deux trônes : celui du royaume de France et celui de saint Pierre. »

L’avis de la Papote

Malefica entre bien dans la catégorie du thriller historique, sans aucun doute. L’ouvrage s’étend sur une période relativement sombre de l’Histoire de France, rendant le récit noir et souvent effrayant. J’ai choisi de lire ce roman parce que le Moyen Âge est une époque pleine de mystères et surtout d’a priori complètement embellis : les grands châteaux, les chevaliers et leurs fidèles destriers, les grands bals et les robes majestueuses. Oui, mais pas que. Le résumé m’a mis l’eau à la bouche dès que j’ai lu les mots « sorcières », « inquisition », « grimoire ». Tout pour me séduire !

Il s’agit d’un bon petit pavé de 530 pages, avec des chapitres relativement courts qui donnent un bon rythme à la lecture. Comme je l’ai dit ci-dessus, l’intrigue avait vraiment tout pour me plaire, à l’approche d’Halloween. Un bon thriller, du suspense, le Moyen Âge, un vieux grimoire et une chasse au trésor, tous les ingrédients étaient présents pour faire prendre la sauce. Et je dirais que, malgré quelques petits hics, la sauce a bien pris!

Bien que l’intrigue soit bien ficelée, j’ai trouvé qu’il y avait énormément de longueurs dans l’histoire. Il m’a bien fallu 150 à 200 pages pour avoir envie de lire le roman sans le lâcher. Non pas qu’il ne se passe rien au départ, loin de là, mais rien qui me rappelait les promesses du résumé. L’auteur est trèèèèès descriptif, ce qui rajoute encore certaines longueurs qui, selon moi, auraient pu être évitées.

Mais le plus gros inconvénient, c’est la violence, la cruauté, et les scènes extrêmement explicites sexuellement qui ont rendu l’ambiance complètement malsaine par moments. Les descriptions sont très précises, certains personnages sont carrément dégoûtants, et les termes employés par l’auteur sont souvent glauques. Je n’aime pas la violence en général, même si je la supporte mieux quand je peux contrôler les images mentales qui en découlent. Hors, le sens du détail de Hervé Gagnon ne m’a pas laissé cette liberté, et j’ai plusieurs fois relevé les yeux du bouquin pour prendre du recul.

L’auteur emploie très souvent des termes typiques du latin et du vieux Français utilisés à cette époque, ce qui rend le récit vraiment très intéressant. C’est ce que j’ai le plus apprécié dans ma lecture. Malgré ces termes peu connus, la compréhension n’en est pas altérée, puisque l’auteur prend le temps de les traduire ou de les expliquer en note de bas de page. Top !

Je me suis particulièrement attachée au personnage de François Morin. Complètement diabolisé pendant une bonne partie de l’histoire, je n’ai pu que ressentir de la compassion pour lui étant donné ce qu’il a vécu. J’aime sa personnalité et ce que l’auteur en fait au fil des pages. De plus, chose non négligeable, la fin n’est absolument pas bâclée. Hervé Gagnon est parvenu à m’emmener doucement vers le tome 2, avec un dénouement qui m’a plu et qui me donne envie de connaître la suite. C’est bien ce qu’on attend d’une trilogie !

En bref, Malefica est un véritable thriller historique, violent, cruel, malsain, qui en fait une lecture adaptée pour la période. Il faut avoir le coeur bien accroché, certes, mais le suspense est bien présent malgré quelques longueurs. Je vous conseille cette lecture si, comme moi, vous aimez les romans historiques et les mystères d’une période pour laquelle Hervé Gagnon a réussi à dépeindre l’ambiance avec brio.

Un extrait pour mes Papoteurs !

« Depuis ses premières menstrues, plus de trente ans auparavant, Catherine avait aidé des centaines de femmes à accoucher. Elle connaissait tous les dangers et tous les écueils de l’enfantement. Elle avait sauvé bon nombre de femmes, mais elle était particulièrement inquiète. Car la femme qui haletait, en nage, sur la paillasse, le visage hagard, était sa fille. Et elle n’osait pas imaginer ce que serait sa vie sans Anneline. Sans compter que la lignée, ininterrompue depuis tant de siècles, s’éteindrait alors avec elle. »

Notation : ♥♥♥♥