Deception point – Dan Brown

deception point

Auteur : Dan Brown

Edition : Le Livre de Poche

Genre : Thriller

Langue originale : Anglais

Date de parution : 2006

Nombre de pages : 699

ISBN : 978-2-253-12316-3

 

Résumé

« Quand un satellite de la NASA détecte une météorite d’une exceptionnelle rareté enfouie sous les glaces du cercle polaire, cela tombe à pic pour l’agence spatiale, impatiente de faire oublier une série d’opérations ratées. A la veille de l’élection présidentielle, alors que son avenir politique est en jeu, le président des Etats-Unis envoie dans l’Arctique Rachel Sexton, analyste des services secrets, vérifier l’authenticité de cette découverte. Elle y rejoint une équipe d’experts, dont le charismatique océanologue Michael Tolland. Ce que Rachel va découvrir est presque inconcevable : une mystification audacieuse qui risque de déclencher un scandale mondial. »

L’avis de la Papote

Ah, ce très cher Dan Brown. Si vous suivez mon blog depuis le début, vous devez probablement connaître mon amour inconditionnel pour les ouvrages de cet auteur. Après avoir lu « Da Vinci Code » pendant mes études universitaires (en plein blocus, je ne vous raconte pas la galère pour refermer le livre et me mettre à étudier…), j’ai dévoré chacun de ses romans avec la même intensité et la même impatience à chaque fois. Il manie le suspense avec brio et, moi qui adoooooooore le symbolisme et l’histoire de l’art, Robert Langdon ne pouvait que me plaire ! Je peux officiellement dire, après avoir refermé « Deception point », que Dan Brown est un auteur dont j’ai lu absolument tous les livres. La classe, n’est-ce pas ?

Rachel Sexton, fille du sénateur Sexton en lice pour les présidentielles et membre des services secrets du NRO, est contactée par le président des Etats-Unis en personne afin de découvrir le dernier trésor de la NASA. Cette agence, menacée de passer dans le domaine privé si le Sénateur Sexton est élu, fait une découverte absolument inattendue (dont je ne vous révélerai pas la nature exacte, bien entendu). Toute la campagne du Sénateur est menacée. La conquête spatiale redore le blason national. Et quand il s’agit de politique, les hommes très (trop) ambitieux sont généralement prêts à tout…

« La maison blanche est l’un des palais présidentiels les plus petits du monde puisqu’elle ne mesure que soixante-cinq mètres de longueur sur trente-deux mètres de profondeur et qu’avec son parc elle n’occupe que neuf hectares. Le plan de la demeure en parallélépipède rectangle, oeuvre de l’architecte James Hoban, avec son toit à arêtes, sa balustrade et son perron à colonnades, si banal qu’il soit, avait été choisi sur concours. Les juges avaient apprécié son aspect riant, digne et simple à aménager. Le président Zach Herney, même après trois ans et demi passés là, ne se sentait pas chez lui dans ce théâtre truffé de statues, d’imposants candélabres et de Marines armés. En ce moment, pourtant, alors qu’il se dirigeait à grandes enjambées vers l’aile ouest, il se sentait réconforté et, bizarrement, à l’aise. Il volait presque sur l’épaisse moquette. » (p.89)

« Deception point » est le deuxième ouvrage écrit par l’auteur. Comme dans « Forteresse digitale », Robert Langdon n’entre pas encore en scène. Pas de secte, de mystère, de symboles, d’art, mais la chasse aux indices est tout de même belle et bien présente. L’intrigue tourne autour de complots politiques, de découvertes scientifiques à couper le souffle, de mensonges, de crimes mais aussi un tout petit chouïa de romance, tous les ingrédients qui, mis ensemble, forment un formidable suspense et un page-turner fabuleux.

Contrairement aux autres livres mettant en scène Robert Langdon, le suspense n’apparaît qu’à la 150ème page. Oui, ça fait beaucoup. Dan Brown prend le temps de poser le contexte, de présenter les personnages et ne nous révèle la fameuse découverte autour de laquelle gravite la majorité de l’intrigue qu’à la page 144. Qu’à cela ne tienne, même si l’histoire met du temps à démarrer, le reste en vaut largement la chandelle. Moi qui ne porte aucun intérêt à la politique, j’ai complètement succombé aux complots et aux dysfonctions dans le système. L’auteur met brillamment en scène les conséquences désastreuses d’une recherche excessive du pouvoir, de la reconnaissance et du succès. On finit par douter de tout. Vraiment captivant !

Le livre contient également de très nombreuses références scientifiques liées à l’exploration spatiale, marine et glacière. Encore une fois, certains passages auraient pu, à mon sens, être écourtés et moins complexes, mais cela n’enlève en rien l’intérêt que le lecteur peut porter à ces informations. Elles restent malgré tout nécessaires à la compréhension du complot principal.

Vous l’aurez compris, cette lecture a été à la hauteur de mes attentes. Je n’irai pas jusqu’à lui mettre le coup de cœur, pour les diverses raisons énumérées ci-dessus, mais vraiment, ce livre est TOP. Une petite brique dévorée en quelques jours à peine, c’est pour vous dire.
J’ai appris très récemment que le prochain livre de l’auteur, « Origin », sortira dans nos librairies le 26 septembre 2017. Après mon coup de cœur intersidéral pour « Inferno », j’attends ce prochain chef d’œuvre avec la plus grande impatience !

Si vous avez aimé les best-sellers de l’auteur, vous apprécierez sans aucun doute « Deception point ». Dan Brown reste fidèle aux essentiels qui font de ses ouvrages un réel succès planétaire : le suspense, les complots, la chasse aux indices. Foncez, vous ne serez pas déçus, parole de papoteuse !

Notation : ♥♥♥♥

Book haul #5

C’est parti pour un nouvel article Book haul ! Une fois encore, j’ai de nombreux livres à vous présenter puisque, comme je vous le précisais dans le Book haul précédent (ici), de très nombreux ouvrages ont rejoint les étagères de ma bibliothèque ces deux derniers mois. Au programme, quelques craquages neufs, des livres d’occasion et des cadeaux !

dsc_0314
Photo : La papote livresque

Tout d’abord, je me suis procurée « Lady Susan », une courte romance écrite par la très célèbre Jane Austen et paru aux éditions Folio 2€ (1871). Encore une auteur inconnue à mon palmarès. Eh non, je n’ai jamais lu de Jane Austen (sacrilège). Quand j’ai vu au dos du livre qu’il était dans la même lignée que « Orgueil et préjugé », j’ai préféré commencer par celui-ci, au vu de ses 120 pages à peine. Ensuite, j’ai fait l’acquisition de « Autre-monde : l’alliance des trois » de Maxime Chattam aux éditions Le Livre de Poche (2008). Je suis complètement tombée sous le charme de l’auteur en regardant l’interview de Nine sur sa chaîne booktube (que vous pourrez retrouver ici). Le lendemain, je filais m’acheter le premier tome de cette saga en sept volumes tout de même !

DSC_0315.JPG
Photo : La papote livresque

J’ai également réalisé quelques achats d’occasion, à commencer par les tomes 2, 3 et 4 de la saga « Les secrets de l’immortel Nicolas Flamel », « Le magicien », « L’ensorceleuse », « Le nécromancien ». J’ai lu très récemment le premier tome de cette série écrite par Michael Scott et parue ici aux éditions PKJ (2009, 2009, 2010) et j’avais vraiment beaucoup apprécié ma lecture (vous retrouverez la chronique complète ici). Ayant trouvé les trois tomes suivants pour le prix d’un seul neuf, je ne pouvais évidemment pas passer à côté!

dsc_0316
Photo : La papote livresque

Chez Oxfam brocante, j’ai déniché « Mr Mercedes » de Stephen King paru aux éditions Albin Michel (2015). Encore un Stephen King dans ma PAL, je n’ai plus aucune excuse pour enfin découvrir cet auteur (il me fiche tellement la trouille que je n’ose pas, aïe aïe aïe!).

dsc_0318
Photo : La papote livresque

Enfin, dernier achat d’occasion (et pas des moindres!), je me suis procurée « Harry Potter and the deathly hollows » écrit par J.K. Rowling et édité chez Bloomsbury (2007) dans sa version hardback. Je poursuis ma traque des anciennes éditions de la saga, et je suis très heureuse d’avoir pu dénicher celui-ci, la couverture est tellement belle!

dsc_0319
Photo : La papote livresque

Je termine ce Book haul par quelques cadeaux reçus pour les fêtes de fin d’année. Ma belle-soeur m’a d’abord fait don de « Sa majesté des mouches » de William Golding paru aux éditions Folio (1956). C’est parce que Maxime Chattam en parle dans son interview avec Nine que j’ai ajouté ce livre dans ma Wish list (influençable, moi?). J’ai ensuite reçu « Le complexe d’Eden Bellwether », écrit par Benjamin Wood et paru aux éditions Le livre de poche (2014). Un roman contemporain alliant l’Angleterre et la musique qui faisait partie de la sélection des sorties livresques que je vous avais présentées ici. Enfin, j’ai eu l’immense joie de recevoir « La poudre à boutons et autres secrets mirobolants de Roald Dahl », un petit livre paru très récemment chez Folio Junior (2016) qui reprend quelques exclusivités sur l’univers de Roald Dahl, dont un chapitre inédit de « Charlie et la chocolaterie » !

DSC_0320.JPG
Photo : La papote livresque

Avez-vous déjà lu certains de ces livres? Quels ont été vos derniers achats ?

Les combustibles – Amélie Nothomb

nothomb000

Auteur : Amélie Nothomb

Edition : Le Livre de Poche

Genre : Contemporain

Langue originale : Français

Date de parution : 1994

Nombre de pages : 89

ISBN : 978-2-253-13946-1

 

Résumé

«La ville est assiégée. Dans l’appartement du Professeur, où se sont réfugiés son assistant et Marina, l’étudiante, un seul combustible permet de lutter contre le froid : les livres…»

L’avis de la Papote

Brûler des livres, sacrilège ! En lisant le résumé en magasin, j’étais très curieuse de voir comment la célèbre romancière Amélie Nothomb avait procédé pour éliminer certains ouvrages d’une bibliothèque dans une optique de survie… A la recherche de petits romans courts, j’étais plutôt ravie de trouver celui-ci. Avec ses 89 pages, j’ai pu le lire en une petite soirée !

Ce livre est en fait une discussion entre trois personnages uniquement, un peu à la façon d’une pièce de théâtre : le Professeur, son assistant Daniel et Marina, étudiante et petite amie de Daniel. De très rares descriptions sont parsemées ça et là, ce qui rend le récit très vivant et dynamique. Tout se déroule dans une seule pièce, austère, et tristement meublée : quelques chaises, et une immense bibliothèque de 2000 livres.

« MARINA : Professeur, le poêle s’est éteint.

LE PROFESSEUR : Je sais, Marina. Je n’ai plus rien à brûler.

MARINA (en regardant la bibliothèque) : Et ça?

LE PROFESSEUR : Les étagères ? Elles sont en métal. 

MARINA : Non, les livres.

Silence gêné.

DANIEL : Ce n’est pas du combustible, Marina.

MARINA (avec un sourire ingénu) : Mais si, Daniel. Ça brûle très bien.

LE PROFESSEUR : Si nous nous mettions à brûler les livres, alors, vraiment, nous aurions perdu la guerre. » (p.16)

Finalement, il s’agit donc de répondre à la question suivante : quel livre mérite de finir dans les flammes? Quel ouvrage vaut qu’on lui sacrifie un petit moment de chaleur en période de froid intense ? Autrement dit, si l’on pose la question à l’envers, quel livre indispensable emporteriez-vous sur une île déserte ? Celui que vous sauveriez des flammes si un incendie venait à se déclarer chez vous? Celui que vous garderiez à vos côtés quoi qu’il advienne?

Même si j’ai beaucoup aimé le concept de l’intrigue et le format d’écriture, je dois dire que ce livre m’a laissé un petit goût de … perplexité. Les trois personnages sont à mon sens, inintéressants, pas assez approfondis pour pouvoir les comprendre ou s’y attacher réellement. De plus, les ouvrages auxquels ils font référence sont, pour la plupart, inconnus à ma culture livresque (*HONTEUSE*). Pour le coup, je n’ai donc pas pu saisir avec exactitude les subtilités et les arguments avancés par les personnages (et donc par l’auteur). Dommage…

Amélie Nothomb reste une de ces auteurs très chères à mon cœur de par son style très incisif et sa capacité à nous plonger dans son histoire, même si elle ne répond pas à nos attentes. Avec quelques situations perverses un peu dérangeantes (comme on a pu en lire dans « Mercure » dont je vous ferai une chronique très bientôt), Amélie Nothomb reste fidèle à elle-même…

Cela étant dit, je me suis quand-même prêtée au jeu en me posant cette question à mon tour. Quel livre serait assez précieux pour moi pour que je ne m’en sépare jamais ? C’est évidemment très difficile de n’en choisir qu’un quand on aime les livres à la folie.. Mais sans grande surprise, je garderais mon exemplaire de « Harry Potter et les reliques de la mort ». Le dernier de la série, le plus émouvant selon moi, pour revivre sans fin les derniers instants de Severus Rogue ♥.

Les combustibles est un petit ouvrage qui questionnera le lecteur sur la place que peut occuper un livre dans nos priorités et qui plaira certainement aux admirateurs de l’auteur. Un petit goût de trop peu pour moi… 

Et vous, quel livre garderiez-vous précieusement, même si vous mourrez de froid et qu’il ne vous restait que lui pour vous réchauffer le popotin?

Notation : ♥♥♥♥♥

Book haul #2

C’est l’heure d’un petit Book haul chers papoteurs ! Plusieurs livres ont rejoint ma Pile à Lire ces dernières semaines, qu’ils aient été achetés neufs ou d’occasion, et je tenais à vous les présenter, histoire de vous montrer un aperçu des prochaines chroniques que vous pourrez trouver sur le blog.

dsc_0328
Photo : La papote livresque

Tout d’abord, j’ai craqué pour quelques livres d’occasion chez OXFAM. J’adore flâner dans les petits rayons de cette boutique au moins une fois par mois, j’y trouve toujours quelques belles pépites à des prix complètement cassés.

Pour commencer, j’ai trouvé  « La petite chartreuse » de Pierre Péju aux éditions Folio (2003). J’avais entendu parler de ce livre sur la chaîne Booktube de Margaud Liseuse et j’avais été séduite par la critique qu’elle en avait fait. Puis, j’ai jeté mon dévolu sur un tout petit livre de 89 pages, « Les combustibles » d’Amélie Nothomb, paru aux éditions Le livre de poche (1997). Amélie Nothomb est une auteure qui m’intrigue vraiment beaucoup, je trouve son style tellement particulier que j’ai envie de lire tous ses livres sans exception! J’ai ensuite trouvé un exemplaire de « Le cycle des anges – Les thanatonautes », le premier tome de la duologie à succès de Bernard Werber publié aux éditions Le livre de poche (1996). J’aime beaucoup cet auteur et ce livre est pour moi le plus tentant qu’il ait jamais écrit (des explorateurs du continent de la mort, fascinant !). Enfin, j’ai déniché cette petite perle regroupant les pièces de théâtre « Hamlet, Othello, Macbeth » de William Shakespeare dans une très vieille édition du Livre de poche de 1972! Je n’ai encore jamais lu de William Shakespeare (honteuse) et j’ai entendu tellement de bien de « Hamlet » que j’ai craqué sur ce recueil. Et puis, je ne sais pas vous mais personnellement, j’adore les anciennes éditions du Livre de poche avec les pages colorées.

dsc_0333
Photo : La papote livresque
dsc_0331
Photo : La papote livresque

Du côté graphique de la force (^^), j’ai jeté mon dévolu sur la duologie « Alvin », le tome 1 L’héritage d’Abélard et le tome 2 Le bal des monstres, écrits et illustrés par le duo Dillies – Hautière et parus tous les deux aux éditions Dargaud (2015-2016). Vous avez probablement entendu parler de ces bandes dessinées sur la blogosphère ou sur Booktube, elles ont eu un beau succès et j’ai profité de pouvoir les trouver d’occasion à 6€ le tome (au lieu de 14€ sur Amazon tout de même) pour les ajouter à ma bibliothèque.

dsc_0327
Photo : La papote livresque

En achats neufs, j’ai fini par craquer et je me suis procuré « L’enchanteur » de Barjavel, paru aux éditions Folio (2012). Barjavel est l’auteur d’un de mes livres préférés au monde, « La nuit des temps ». J’ai voulu redécouvrir sa plume dans un contexte légendaire, au cœur des Bretagnes arthuriennes avec les chevaliers de la table ronde. Enfin, dans le cadre de l’opération 1 mois – 1 maison – 1 achat du mois de septembre consacrée aux Editions du Riez, j’ai jeté mon dévolu sur « Le flibustier du froid » de Ludovic Rosmorduc (2014). Une belle petite lecture pour ma PAL d’hiver !

dsc_0330
Photo : La papote livresque

Et vous mes papoteurs, quels ont été vos derniers achats livresques ?

Le journal intime d’un arbre – Didier Van Cauwelaert

9782253166542-T

Auteurs : Didier Van Cauwelaert

Edition : Le livre de poche

Langue originale : Français

Genre : Contemporain

Date de parution : 2011

Nombre de pages : 181

ISBN : 978-2-253-16654-2

 

Résumé

« On m’appelle Tristan, j’ai trois cents ans et j’ai connu toute la gamme des émotions humaines.
Je suis tombé au lever du jour. Une nouvelle vie commence pour moi – mais sous quelle forme ? Ma conscience et ma mémoire habiteront-elles chacune de mes bûches, ou la statuette qu’une jeune fille a sculptée dans mon bois ? Ballotté entre les secrets de mon passé et les rebondissements du présent, lié malgré moi au devenir des deux amants dont je fus la passion commune, j’essaie de comprendre pourquoi je survis.
Ai-je une utilité, une mission, un moyen d’agir sur le destin de ceux qui m’ont aimé ? »

L’avis de la Papote 

Je me souviens avoir acheté ce livre dans une petite librairie indépendante du centre de Nivelles en étant terriblement attirée par la belle couverture et le titre évocateur. Le journal intime d’un arbre, assez original comme idée. J’avais, de plus, beaucoup entendu parler de l’auteur sans jamais avoir lu aucun de ses romans. Je n’ai donc pas hésité à en faire l’acquisition.

Ce petit roman de poche retrace l’histoire de Tristan, un arbre tricentenaire qui s’est déraciné un matin suite à une violente tempête. S’en suit le questionnement sur l’avenir de la conscience de l’arbre, l’impact de sa mort sur les personnages qui gravitent autour de lui et de nombreux retours dans le passé.

« Je suis tombé au lever du jour. Transmise par la lumière sur mes racines et le contact de mes branches avec la terre, l’information m’a été confirmée par le facteur. Je me suis vu gisant dans ses yeux, en travers de l’allée. Sa première pensée a été pour le docteur Lannes. « Le pauvre, quand il rentrera… » […] On m’appelait Tristan, j’avais un peu moins de trois cents ans, j’étais l’un des deux poiriers du docteur Lannes. Il m’avait fait inscrire sur la liste d’attente des Arbres remarquables de France, et avait obtenu ma grâce au tribunal quand les voisins m’avaient poursuivi pour vieillesse dangereuse. J’étais son bien le plus cher, son devoir de mémoire, sa victoire sur le temps. A son âge, ma mort allait probablement le tuer… J’ignore si nos liens se renoueront. Y a-t-il un au-delà commun pour les hommes et les arbres ? » (p.7-8)

La narration du récit est particulièrement intéressante, puisque c’est Tristan lui-même qui prend la parole. Se retrouver dans la tête, les pensées, le ressenti, les émotions d’un arbre, et observer les humains selon son point de vue, c’est assez étonnant. L’écriture est, par moment, très poétique et les chapitres sont très courts, la lecture n’est donc que plus agréable. Un arbre peut-il être témoin de ce qui se déroule dans nos vies? Est-il capable de ressentir nos émotions?

Le grand point positif que j’ai pu retirer de ma lecture, c’est ma prise de conscience de la richesse historique d’un arbre. J’avais tendance à oublier l’importance du vécu de celui-ci. Trois cents ans, tout de même ! Se rendre compte que le poirier gigantesque du fond du jardin a été planté sous Louis XV, c’est quand-même sympa ! J’ai bien aimé le fait que l’auteur nous replonge dans certaines périodes historiques comme la Révolution française, la première et la seconde guerre mondiale, l’apparition des premières automobiles, etc.

J’ai également apprécié tout le raisonnement écologique abordé dans ce roman. L’impact de la destruction massive des forêts, l’importance de préserver la nature et de vivre en harmonie avec elle, l’utilisation de l’art dans le but de faire passer le message au reste du monde.

« – En offrant aux être végétaux les formes de son imaginaire, Tristane lançait un message aux générations futures. Si nous continuons à détruire les arbres, ils nous détruiront. Si nous réapprenons à fusionner avec eux, si nous renouons avec nos origines, si  nous nous souvenons que, dans la tradition chamanique, ils nous ont créés comme des ambassadeurs mobiles destinés à accroître leurs connaissances, leurs interactions et leur puissance de rêve, alors nous éviterons ce que, par prétention aveugle, nous appelons la fin du monde… et qui signifie simplement notre disparition. » (p.164)

Malgré ces quelques points positifs, il y a un inconvénient majeur qui a complètement gâché ma lecture : les personnages. Je n’ai absolument pas réussi à m’attacher et/ou à m’identifier à eux. On commence avec Tristan et son propriétaire, le docteur Lannes, puis intervient Yannis, auteur proche du Docteur Lannes qui est chargé de la rédaction des Arbres remarquables de France et de retracer l’histoire de Tristan. Manon, alias Tristane, occupe également une grande place dans le roman, avec son passé trouble. J’ai été dérangée par la majorité de leurs réactions, par leur façon de penser et leur façon d’être. Impossible pour moi de comprendre  ces gens un peu louches…

L’intrigue en elle-même n’a rien d’exceptionnel non plus. L’auteur introduit une petite touche de mystère avec une vision énigmatique que Tristan ne parvient pas à identifier. C’est un peu la seule chose qui me tenait en haleine. Mystère résolu en trois lignes à la fin du roman. Mouais, tout ça pour pas grand chose, finalement.

En résumé, Le journal intime d’un arbre est un petit roman qui se lit facilement, aux thèmes accrocheurs, mais qui ne me semble pas assez abouti au niveau de l’intrigue et des personnages. Ce n’est pas la lecture du siècle et il ne restera pas longtemps sur les planches de ma bibliothèque…

Notation : ♥♥♥♥♥

Sorties livresques #1

J’inaugure avec cet article une nouvelle catégorie sur le blog, celle des prochaines sorties littéraires qui me font envie. Je pense faire ce genre d’article 3 ou 4 fois par an afin de faire le point moi-même sur les futures parutions intéressantes et peut-être aussi vous donner quelques idées pour vos prochaines lectures par la même occasion! J’ai recensé ici les titres qui me font véritablement envie, et que je pourrais m’offrir dans un avenir proche. Il s’agit donc bien évidemment d’un panel de mes goûts personnels en matière de lectures, et pas d’une liste complète des futures parutions livresques. Si vous désirez avoir plus d’informations sur un livre en particulier, il vous suffit de cliquer sur l’image de la couverture, et vous serez redirigé vers la fiche qu’en fait le site de la maison d’édition concernée ou booknode.

A vos crayons!

le-prix-des-ames,-tome-1---coupes-du-monde-782628-250-400 9782264065841 9782264068842 couv-Songe-a-la-douceur-620x987 9782253087229-001-T  aux-petits-mots-les-grands-remedes-802725-250-400 la-poudre-a-boutons-et-autres-secrets-mirobolants-758016-250-400 415 9782266260480  the-illuminae-files,-tome-1---illuminae-801924-250-400 9782253185918-001-T  le-cabinet-de-curiosites-745003-250-400  9782246862291-001-X la-maison-des-morts-800559-250-400 la-vie-est-belle-apres-tout-813424-250-400

  • Le prix des âmes, Tome 1 : Coupés du monde de Céline Etcheberry, Bragelonne (24/08/2016) – format numérique
  • Highland Fling de Nancy Mitford, 10/18 (18/08/2016)
  • Le couloir des ténèbres de Anne Perry, 10/18 (18/08/2016)
  • Songe à la douceur de Clémentine Beauvais, Sarbacane (24/08/2016)
  • Le complexe d’Eden Bellwether de Benjamin Wood, Le livre de poche (24/08/2016)
  • Aux petits mots les grands remèdes de Michaël Uras, Préludes (31/08/2016)
  • La poudre à boutons et autres secrets mirobolants de Roald Dahl illustré par Quentin Blake, Folio Junior (01/09/2016)
  • Conte de la plaine et des bois de Jean-Claude Marguerite, Les moutons électriques (01/09/2016)
  • Aeternia, Tome 1 La marche du prophète de Gabriel Katz, Pocket (08/09/2016)
  • Illuminae, Dossier Alexander 01 de Amie Kaufman et Jay Kristoff, Casterman (14/09/2016)
  • Bienvenue au Moyen-Âge de Michel Zink, Le livre de poche (14/09/2016)
  • Le cabinet de curiosités de Hilda Alonso et Alexandra V. Bach, Les éditions du riez (20/09/2016)
  • Le carnet scientifique de Mathieu Vidard, Grasset (12/10/2016)
  • La maison des morts de Sarah Pinborough, Milady (21/10/2016)
  • La vie est belle après tout de Carmel Harrington, Harlequin (26/10/2016)

Book haul #1

Je vous retrouve cette fois avec un article un peu différent, puisque je vais vous présenter toutes les acquisitions livresques que j’ai pu faire au cours de ce mois de juillet 2016. Tous ces livres ont donc rejoint ma PAL et attendent patiemment d’être lus.

DSC_0312
Photo : La papote livresque

Je me suis d’abord rendue à une boutique OXFAM qui vend quelques livres d’occasion, dans le centre de Nivelles (pour les papoteurs belges). Je ne pensais pas y trouver quoi que ce soit puisque, il faut le dire, je suis très pointilleuse quand il s’agit d’acheter des livres en seconde main. Ils doivent être dans un état impeccable, et surtout, ne pas dégager une quelconque odeur (sinon celui d’un livre neuf). Et j’ai réussi à trouver trois petits trésors malgré mes exigences! Le tout pour 11€, une véritable aubaine me direz-vous.

J’y ai donc fait l’acquisition du célèbre « Les enfants de la liberté » de Marc Levy  publié aux éditions Robert Laffon (2007), de « Les étoiles de Noss Head – Vertige », le premier tome de la saga jeunesse fantastique de Sophie Jomain aux éditions France Loisirs (2013), ainsi que « Mercure » d’Amélie Nothomb aux éditions Le livre de poche (2000), dont le résumé me tente depuis une éternité.

DSC_0304
Photo : La papote livresque

J’ai ensuite fait un petit saut à la librairie Molière, célèbre bâtiment du centre de Charleroi en Belgique. J’y allais essentiellement pour acheter des livres à offrir mais je n’ai pas pu m’empêcher de faire l’acquisition de deux ouvrages qui avaient rejoint ma Wish List depuis quelques temps.

Tout d’abord, j’ai jeté mon dévolu sur le bien connu « Tobie Lolness » de Timothée de Fombelle, dans la version intégrale proposée cette année par Gallimard (2016), qui réunit donc les deux tomes en un seul volume (« La vie suspendue » – « Les yeux d’Elisha »). Comment ne pas tomber sous le charme de cette histoire après avoir lu cet article sur le blog Le cahier de lecture de Nathan ? J’ai vraiment hâte de découvrir l’univers de ce conte et surtout, la plume de Timothée de Fombelle dont je n’entends que des éloges!

J’ai ensuite craqué pour le premier tome de la saga « Miss Peregrine et les enfants particuliers » de Ransom Riggs, paru aux éditions Bayard Jeunesse (2012). L’adaptation cinématographique étant prévue pour le 5 octobre 2016, il était temps que je mette la main sur cet ouvrage qui a fait un carton plein sur la blogo et sur Booktube.

DSC_0307
Photo : La papote livresque

Ensuite, en allant fureter dans la boîte à livres du centre de Nivelles (vous savez, ces boîtes dans lesquelles vous pouvez déposer ou prendre des bouquins, basées sur le principe du partage gratuit de lectures en tout genre), j’ai trouvé un exemplaire de « Cela » de Moka, aux éditions L’école des loisirs dans leur collection Medium (2000). Moka est un auteur qui m’avait particulièrement marquée lorsque j’avais dû lire pour l’école « Un ange avec des baskets », je devais avoir 11 ou 12 ans. J’ai hâte de le redécouvrir à travers cette histoire au résumé très intriguant!

DSC_0306
Photo : La papote livresque

Enfin, le dernier livre que je me suis offert (et pas des moindres!) n’est autre que « Harry Potter and the cursed child » de notre chère J.K. Rowling, paru aux éditions Little Brown (2016). Je ne l’avais pas pré-commandé sur Amazon, simplement parce que j’aime acheter mes livres en librairie plutôt que sur le net. J’ai arpenté les rues de La Panne à la côte belge le jour même de la sortie du livre à la recherche d’une librairie et .. Bingo ! Pour celles et ceux qui n’en auraient pas eu vent, il s’agit du huitième opus de la célébrissime saga Harry Potter au format Théâtre. Je n’ai évidemment pas pu attendre la version française (sortie prévue chez Gallimard le 14 octobre 2016) pour connaître la suite des aventures de ce cher Harry. Vous en entendrez parler très vite sur le blog, je me hâte de terminer ma lecture en cours pour le dévorer!

13906801_1161289333935736_2082579663202356316_n
Photo : La papote livresque

Voilà donc pour mes acquisitions livresques du mois de juillet 2016! Et vous, pour quels ouvrages avez-vous craqué ce mois-ci ?