La papoteuse #2 : liseuse ou pas liseuse ?

Si vous êtes des amoureux du livre et du papier comme moi, probablement que la question d’investir dans une liseuse ne vous a jamais effleuré l’esprit, ou même peut-être complètement rebuté. Je vous entends déjà d’ici : « Ah ça, jamais! ». J’ai tenu le même discours pendant des années… Jusqu’à ce que, en me baladant dans une grande chaîne de librairie belge (Club), je tombe nez à nez avec l’un de ces appareils magiques qui vous proposent de trimbaler toute votre bibliothèque partout avec vous pour moins de 190 grammes. Avouez que c’est quand-même assez tentant …

A l’opposé, je suis également persuadée que plusieurs d’entre vous ont déjà succombé au phénomène des liseuses et à la lecture numérique. Parce que mine de rien, des avantages, y en a plein !

Alors, liseuse ou pas liseuse ? Puisque je n’arrive pas à prendre une décision (pour pas changer), je me suis dit que ce serait sympa de demander l’avis de mes papoteurs. Faisons le point ensemble sur les raisons qui pourraient pencher en faveur ou en défaveur de cet appareil.

  • C’est facile à transporter. Je dirais que c’est, selon moi, l’avantage principal de la lecture sur liseuse. J’aime beaucoup prendre avec moi ma lecture en cours, au cas où une plage horaire se libère au boulot ou si je reste coincée dans les embouteillages pendant deux heures. Quand c’est un format poche, cela ne pose pas trop de soucis, mais une belle brique de 800 pages, ça prend tout de suite plus de place dans le sac à mains…
  • C’est un gain de place à la maison. Oui, ça aussi c’est pas négligeable. Je suis anti-stockage pour TOUT. Si un objet ne me sert plus chez moi, j’essaye d’office de m’en débarrasser. Avec les livres, c’est un peu pareil. Dans ma bibliothèque ne siègent que les livres que je suis susceptible de relire un jour, ainsi que les livres qui constituent ma pile à lire. Le reste, je revends, je donne, je fournis les boîtes à livres, mais je ne garde pas. La liseuse évite donc d’encombrer les étagères de sa bibliothèque, ce qui est assez positif en soi. Mais une liseuse encombrée de livres que je n’aime pas, c’est pas la meilleure des solutions non plus… Mouais…
  • Elle rend possible la lecture dans le noir. Aaaaah ça c’est plus que positif ! Voyez-vous, la plupart du temps, je lis le soir avant de m’endormir. C’est un rituel d’endormissement indispensable. Et pour ne pas laisser la lumière allumée et respecter le sommeil de Môsieur, la lampe de poche est systématiquement de la partie. Pas super pratique, on est d’accord. Avec la liseuse et l’écran rétroéclairé qui ne fait pas mal aux yeux, finis les combats de force avec la lampe de poche dans une main et le livre dans l’autre !
  • Les livres numériques sont moins chers. C’est vrai que, d’un point de vue financier, un eBook coûtera toujours moins cher que sa version papier. Cependant, j’étais assez étonnée de voir que certaines différences de prix étaient très peu marquées. Pour un ou deux euros de plus, je préfère largement investir dans la version papier d’un bouquin. De plus, il ne faut pas oublier l’investissement initial dans l’appareil lui-même. C’est vraiment pas donné (comptez en moyenne environ 130€ pour une liseuse sur le marché actuel) ! Cela dit, la majorité des grands classiques de la littérature française est disponible gratuitement en format numérique, et il existe même quelques livres en format pdf complètement gratuits sur la toile. Certaines maisons d’édition n’hésitent pas non plus à faire des promotions avec des ebooks à 0,99€ pendant une période limitée. Rien ne m’empêcherait alors de découvrir ces ouvrages sur la liseuse, et de me procurer la version papier de ceux qui méritent leur place dans ma bibliothèque. Pas bête!
  • La liseuse offre un confort de lecture optimal. Elle propose un accès direct au dictionnaire pour les mots dont la signification pourrait nous échapper, on peut lire à une main, les écrans offrent un confort de lecture similaire au papier, on a accès aux statistiques de notre lecture en cours (pourcentage lu, etc.), on peut surligner des passages marquants, bref, encore pleins d’avantages qui ne me laissent pas indifférente. Oui, sauf que …
61KQdu5uqkL._SL1000_
Amazon Kindle Paperwhite – 129,99€
1540-1
Fnac Kobo Glo HD – 129 €
screenshot_lese_FR.png
Club Tolino Shine 2 HD – 129€
  • Je suis une dingue de l’objet livre. Les belles couvertures, les illustrations en couleur, la qualité du papier, l’odeur des pages neuves (oui parce que je déteste l’odeur des vieux livres poussiéreux, c’est comme ça), tourner les pages au fur et à mesure de la lecture, tout ça fait partie de ce qui me passionne dans un livre. Appuyer sur un bouton pour passer à la page suivante, avouez que c’est quand-même moins enivrant.
  • Je peux revendre/prêter/donner mes livres papiers, mais pas mes eBooks. Ça aussi, ça m’ennuie fortement. Comme je le disais plus haut, je n’aime pas encombrer ma maison. Mais je ne veux pas non plus d’une liseuse pleine de livres qui ne me plaisent pas. Alors ok, les livres numériques ne peuvent pas s’abîmer matériellement et, par conséquent, ne perdent pas de leur valeur monétaire, mais c’est pas pour ça qu’on ne peut pas en faire profiter quelqu’un d’autre non ?

En somme, je ne pense pas être prête à passer le cap de la lecture numérique tout de suite, même si je conçois très bien l’attirance qu’elle peut engendrer suite à tous les avantages qu’elle propose. Peut-être que le mieux serait d’adopter un équilibre entre les deux, prendre les avantages de l’une et de l’autre sans pour autant s’encombrer des inconvénients. Affaire à suivre donc, mais je suis curieuse de connaître votre avis sur la question. Alors n’hésitez pas à me faire part de votre expérience avec les eBooks !