Harry Potter and the cursed child – J.K. Rowling, Jack Thorne & John Tiffany

Harry_Potter_and_the_Cursed_Child_Special_Rehearsal_Edition_Book_CoverAuteurs : J.K. Rowling – J. Thorne – J. Tiffany

Edition : Little Brown

Langue originale : Anglais

Genre : Théâtre – Fantasy

Date de parution : 2016

Nombre de pages : 330

ISBN : 978-0-7515-6535-5

Résumé

« The eighth story. Nineteen years later… It was always difficult being Harry Potter and it isn’t much easier now that he is an overworked employee of the Ministry of Magic, a husband, and a father of three school-age children. While Harry grapples with a past that refuses to stay where it belongs, his youngest son Albus must struggle with the weight of a family legacy he never wanted. As past and present fuse ominously, both father and son learn the uncomfortable truth: sometimes, darkness comes from unexpected places. »

« Etre Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il est un employé surmené du ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils Albus doit lutter avec le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu. Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus. »

L’avis de la Papote 

Ah, ce huitième tome… Une suite aux aventures de ce jeune sorcier qui a accompagné toute mon adolescence, qui m’a transportée dans le monde incroyable de la magie et qui m’a fait rêver jusqu’à la dernière ligne du 7ème et dernier tome prévu par l’auteur. J’ai connu l’impatience avant la sortie de chacun des ouvrages, j’ai connu l’hystérie des foules lors de la création des adaptations cinématographiques, j’ai connu le phénomène mondial au cœur même de son épanouissement, bref, Harry Potter et moi, c’est une fabuleuse histoire d’amour littéraire. Vous comprenez donc pourquoi je me suis jetée sur ce huitième opus de la saga le jour même de sa sortie en version originale (inutile de vous préciser pourquoi je n’ai pas pu attendre la version française!).

Une fois entre les mains, j’ai ressenti une vague d’appréhension et j’ai soudain eu peur de m’y plonger et de commencer ma lecture. Pour moi, l’histoire s’était arrêtée au tome 7 et n’allait pas plus loin. Harry, adulte et papa? Mouais. Bon Ok, il ne s’agit pas vraiment d’une suite puisque JK Rowling n’a fait qu’approuver le script, mais tout de même. J’ai prié de tout mon cœur pour ne pas ressortir déçue de ma lecture, pour ressentir à nouveau les frissons de la découverte, pour retrouver et reconnaître ces personnages auxquels je me suis identifiée pendant des années. Le format me laissait perplexe et le fait que JK Rowling ait simplement collaboré à la rédaction du script m’effrayait un peu. Grosso modo, on peut dire que mes attentes étaient donc un peu … surdimensionnées.

Voyant les vidéos affluer sur la toile, les articles pulluler sur les blogs et les commentaires allant de bon train sur Facebook, j’ai fait le grand saut et j’ai enfin commencé à le lire. Manquait plus que je me fasse spoiler et là, c’était la catastrophe assurée !

Ce huitième opus se situe donc dans la continuité du tome 7, qui nous laissait sur les quais de la voie 9 3/4 en compagnie de Harry, Giny, Ron, Hermione et de leurs enfants. L’histoire tourne principalement autour de l’un des fils de Harry, Albus Severus, qui s’apprête à faire sa première entrée à Poudlard, plein d’appréhensions et de doutes.

« Albus :  Dad …Do you think – what if I am – what if I’m put in Slytherin …

Harry : And what would be wrong about that ?

Albus : Slytherin is the house of the snake, of Dark Magic … it’s not a house of brave wizards. 

Harry : Albus Severus, you were named after two headmasters of Hogwarts. One of them was a Slytherin and he was probably the bravest man I ever knew. »

Je n’ai pas envie de vous gâcher la surprise de la découverte de l’intrigue et je ne m’aventurerai donc pas dans de grandes explications sur la suite de l’histoire. Cela étant dit, j’ai tout de même envie de vous mettre l’eau à la bouche en vous exposant brièvement les thèmes principaux abordés dans ce livre et en vous partageant mon ressenti après ma lecture.

Tout d’abord, je dirais que les auteurs abordent surtout l’impact du passé et de l’histoire personnelle de chaque individu. En effet, il est question du lourd passé de Harry (et de Drago ^^), de ses conséquences sur le présent et sur ses enfants ainsi que sur la communauté des sorciers. Les stéréotypes, l’image que les autres perçoivent de certains personnages, les rumeurs parfois blessantes et liées à un passé mouvementé sont autant d’éléments que vous retrouverez dans cette suite de saga. La qualité de la communication joue également un rôle central dans l’intrigue, avec les doutes qui accompagnent la parentalité et les erreurs liées à un dialogue pas toujours facile à entretenir. Il est question de non-dits, de secrets, de doutes non partagés qui enveniment les relations et sèment parfois une belle pagaille!

J’ai vraiment beaucoup aimé replonger dans cet univers magique et retrouver les personnages authentiques de cette saga. Pour moi, la personnalité initiale des personnages a été respectée, avec une évolution évidente inhérente à l’âge adulte. Ron est toujours aussi … Ron quoi. Drago Malfoy et son fils Scorpius sont, pour moi, les plus belles réussites en terme de personnages, et le duo Scorpius – Albus est véritablement l’atout du récit. J’ai rigolé, j’ai pleuré, j’ai douté, j’ai imaginé le meilleur et le pire, bref, tout ce qu’on attend d’une bonne intrigue. Je dirais vraiment que c’est le point fort de l’ouvrage: l’intrigue. Par contre, les fans de JK Rowling et de sa plume inimitable resteront sur leur faim. Le format pièce de théâtre, bien qu’étant rythmé et permettant une lecture très rapide, reste pauvre d’un point de vue de la langue. Je dois dire que l’écriture de l’auteur m’a vraiment beaucoup manqué. J’aurais préféré – de loin – une huitième brique de 800 pages construite comme seule JK Rowling aurait pu le faire (#lafillejamaiscontente).

Harry Potter and the cursed child est une lecture indispensable pour les Potterhead et ceux qui, comme moi, ont envie de découvrir l’évolution des personnages cultes et de retrouver les lieux magiques de la saga. Et à ceux qui n’ont pas encore découvert les sept tomes originaux, j’ai juste envie de vous dire: qu’est-ce que vous attendez au juste?

Notation : ♥♥♥♥

Publicités